Navigation rapide

Accueil > Navigation > Navigations cotières > Marie Sereine en juillet (2007)

Marie Sereine en juillet (2007)

jeudi 22 novembre 2007 par Jean-François

Sans entrer dans les détails (dont au demeurant tout le monde se foutrait), nos pérégrinations ont été les suivantes (elles sont illustrées par un petit album photo que vous trouverez en bas de cet article)

Les sauts de puce

- Départ de Lorient en direction des Glénans. Pas beaucoup de vent et de temps en temps une petite bruine.
Mouillage agité au sud de Saint Nicolas, mais une merveilleuse lumière.

- Les Glénans > Concarneau, où on répare l’annexe. Pour la première fois on peut s’en servir sans avoir les pieds baignant dans dix centimètres d’eau !

- Concarneau > Sainte Marine, près de Bénodet. Sortie un peu sportive de Concarneau, plein vent debout. Journée de grand soleil et de vent. Le lendemain matin on fait une belle ballade à pied vers l’embouchure de l’Odet.

- Sainte Marine > Merrien, grand beau et allure portante, on voudrait que toutes les sorties se fassent comme ça (dire que certains souhaiteraient des conditions plus sportives ...).
Ballade le long de la côte à Merrien, et petit tour chez un mareyeur grand amateur de moules au vin blanc.

- Merrien > Port Tudy de Groix. Encore une belle journée de portant.

- Port-Tudy > Sauzon de Belle-Île. Toujours vent portant, mais déjà plus musclé, avec un joli clapot après les Birvideaux. Echouage et béquillage dans l’arrière port de Sauzon, vive le dériveur lesté.
Le lendemain journée à terre, ballade à vélo.

- Sauzon > Houat. Une grosse dépression est annoncée, aura-t-on le temps d’aller se planquer à Houat ? Oui, mais le temps est bien gris et le vent forcit. Au petit matin, grosses discussions dans les cockpits pour savoir quelle conduite adopter.

- Houat > Lorient. La dépression est bien là. Au début on est protégés par la chaussée de Béniguet, mais au passage de la Teignouse il faut tirer des bords avec un noroit plutôt frais, et des gros grains qui nous passent au ras des moustaches.
Aie celui là va être pour nous. Ciel tout noir et mer toute blanche ; une pluie diluvienne comme je n’en ai jamais vu : une énorme douche (fraiche ma foi) aplatit la mer si bien que le force 7 (au demeurant assez bref) nous passe dessus comme une lettre à la poste.
On est quand même bien contents d’arriver à Lorient.


Une fois dans l’album et pour revenir à l’article, cliquez sur la flèche « Retour arrière » de votre navigateur.

Et le moteur ?

Au fait mais je ne vous ai pas parlé de l’état du moteur, alors que cette question était sur toutes vos lèvres :

Et bien on a trouvé la cause des vibrations !



- Vous vous rappelez certainement que le moteur marchait parfaitement en marche arrière, et vibrait comme un damné en marche avant.
- Et bien on a fait inverser une petite pièce dans l’inverseur (le bicône, pour les puristes) et que croyez-vous qu’il arriva ?
- Maintenant le moteur marche parfaitement en marche avant et vibre comme un perdu en marche arrière. Ca change tout !
- Je crois qu’on va faire changer le bicône cet hiver ...



Répondre à ce message

modération a priori

Votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site, mais il sera bien pris en compte.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Quand votre message est prêt, cliquez sur "Prévisualiser".
    Puis, si le message vous convient, cliquez sur "Message définitif, envoyer au site".