Accueil > Navigation > Navigations cotières > GibSea 31 DL : un essai convaincant

Sommaire

GibSea 31 DL : un essai convaincant GibSea 31 DL : un essai convaincant

dimanche 30 avril 2006 par Jean-François

 

Un dériveur lesté de 31 pieds

JPEG - 18.6 ko
Vue générale

Un bateau très classique

Les emménagements sont des plus classiques pour un bateau de cette taille (9,30 m). On trouve de l’arrière vers l’avant :
- la cabine arrière.

JPEG - 9 ko
La cabine arrière

Elle est située à babord sous le cockpit ; relativement grande (par rapport à un bateau de 9 m ...), elle comporte un placard et un petit lavabo. Un hublot rectangulaire ouvrant sur le cockpit apporte lumière et aération.
La photo dénote un certain désordre, tout à fait provisoire.

- De l’autre coté de la descente, on trouve les WC, derrière la cuisine.

JPEG - 17.6 ko
La cuisine

- La cuisine se trouve donc à tribord ; elle comporte un réchaud avec four, deux éviers, l’eau (froide) sous pression, et un petit groupe frigo qui alimente la glacière (bonjour la batterie à plat : à ne faire marcher que lorsque le moteur est en route !).
Elle comporte aussi un certain nombre de petire étagère rajouttées, sans doute pratiques mais qui nuisent à l’esthétique de l’ensemble ...

- Et logiquement, la table à cartes se trouve à babord, devant la cabine arrière ! Elle est relativement grande (en ces temps anciens, le GPS était encore réservé aux paquebots traversant l’atlantique nord en hiver, éventuellement aux pétroliers de plus de 200.000 tonnes souhaitant éviter les Seven Stones [1]) ; il fallait donc pouvoir étaler une carte). L’électronique n’est pas mal lotie, mais il faudra en dire plus après un essai, permettant de voir ce qui marche vraiment.

JPEG - 15.8 ko
Le carré

- Le carré est au centre, avec les banquettes (couchettes d’appoint) de chaque coté. Le milieu de la table est fixe et comporte un petit winch permettant de relever la dérive (puisqu’il s’agit d’un dériveur !).

- En avant du carré, la cabine avant avec sa couchette double.

JPEG - 10.6 ko
La descente du carré

Ses avantages ?

- Sa taille (31 pieds) ni trop grand, ni trop petit.
- Dériveur lesté, bien sûr (mais je ne recherche que ça).

JPEG - 18.5 ko
Vue vers l’arrière

- Grand-voile à enrouleur dans le mat (pas besoin de sortir sur le pont pour prendre un ris)

JPEG - 18.5 ko
Le cockpit
et l’indispensable capote !

- Une belle capote (au sec et au chaud sous les embruns ; au frais et à l’ombre sous le soleil breton).

JPEG - 20.4 ko
Passavant tribord

- Le traitement osmose a été fait il y a 5 ans.
- gréement dormant changé.
- Sécurité récente.
- Hublots neufs.

Ses inconvénients ?

- Les GibSea, traditionnellement, ne sont pas très bien finis.
- La grand-voile à enrouleur ... Est-ce que ça marche ? Les utilisateurs en disent grand bien, et ne voudraient pas revenir à des ris classiques ...
- Pas de guindeau (mais s’il faut en mettre un, autant qu’il soit électrique).
- Pas d’annexe ni de moteur HB.
- Ne serait-il pas un peu sur le cul ? Attention à ne pas trop charger l’AR. Peut-être faudrait-il déplacer le réservoir d’eau du coffre AR vers un coffre du carré.

Mais rien ne vaut un essai !

JPEG - 22.4 ko
Le vieux port de Pornic

La météo étant favorable, un essai est programmé à Pornic pour le dimanche 23 avril.
Pornic est un joli port d’échouage, au sud de la Loire. Le chateau de la Noeveillard aurait été construit à l’origine par la famille des futurs ducs de Bretagne, au VI ème siècle !

JPEG - 22.6 ko
Motos
Des origines à nos jours

En pensant aux amateurs concernés, nous prenons quelques photos d’un rallye de vieilles motos arrivant sur le port : des Terrots, des BSA, des Motobécanes, des side-cars de l’armée américaine datant de la dernière guerre. Il n’y a pas que le bateau dans la vie !

Mais n’étant pas venus ici pour faire du tourisme, passons aux choses sérieuses : en route pour la marina.

La première impression de Jacqueline est favorable : taille adaptée à nos modestes forces, emménagements sobres mais confortables, ... discrètement, le propriétaire nous laisse seuls quelques instants pour un premier échange d’impressions, dont il devait se douter qu’elles étaient positives.

En route. Beau temps, belle mer, vent de nort-ouest force un à trois. Tout dessus, le cap s’avère tout à fait satisfaisant (il est vrai que la mer est absolument plate), malgré la grand-voile à enrouleur : moins de 90° d’un bord sur l’autre. Je le dis pour Michel qui se pose certainement la question avec un tel angle, il ne s’agit pas de bords carrés. Pour faire de vrais bords carrés, il faut faire 180° d’un bord sur l’autre. [2]

JPEG - 21.8 ko
Le pont

Les manœuvres de réduction de grand-voile s’avèrent d’une facilité déconcertante :
- Pour réduire, on vient dans le vent comme pour prendre un ris. Du cockpit, on reprend au winch le bout enrouleur, tout en larguant doucement la bosse d’écoute ... et la GV s’enroule sans problème dans le mat.
- Pour renvoyer de la toile, il suffit de faire la manœuvre inverse : larguer doucement le bout’ enrouleur et reprendre la bosse d’écoute au winch, la GV ressort du mat comme un store que l’on déroule.

JPEG - 12.5 ko
Tiens bon la barre

Sous réserve de confirmation en conditions plus dures, les avantages semblent donc réels : une remontée au près correcte, une réduction de toile très sécurisante, sans avoir à sortir du cockpit, une GV bien protégée dans le mat, à l’abri des ultra-violets et de la pluie.

JPEG - 21.9 ko
Le passavant babord
et la capote !

J’aime bien la capote, Jacqueline est mois convaincue, sous le pretexte fallacieux qu’on verraît moins bien au travers. Disons que l’horizon y est peut-être un peu moins net, mais on peut toujours regarder à coté pour admirer la ligne bleue des vagues, la preuve.

JPEG - 22.7 ko
Fastoche
de le laisser sur place !

Après trois heures de voltes et vire-voltes passées sur l’eau, il ne nous reste plus quà rentrer au port. On en profite pour laisser sur place un gros cul nettement plus long que nous mais qui n’était pas barré de main de maître.

Test de potfolio

Ecrire un commentaire sur l'article

modération a priori

Votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site, mais il sera bien pris en compte.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Quand votre message est prêt, cliquez sur "Prévisualiser".
    Puis, si le message vous convient, cliquez sur "Message définitif, envoyer au site".


[1Cailloux malencontreusement placés entre les iles Scilly et la pointe de Cornouailles, qui agressèrent un jour sauvagement le Torrey Canyon, et furent ainsi la cause de la première marée noire en Bretagne

[2voir à ce sujet les aventures d’un autre équipage lors d’une mémorable bordée du Croisic à Houat (même collection) ; et encore, il paraît que je ne sais pas tout !