Accueil > Politique > Les grands dossiers contemporains > Le Ngationnisme

Sommaire

Le Ngationnisme

mercredi 23 avril 2014 par Jacqueline

 

1- Introduction

Le terme dsigne la ngation de la politique hitlrienne d’extermination des Juifs pendant la seconde guerre mondiale. Les ngationnistes rvisent l’histoire de l’Allemagne en niant la solution finale ou Shoah.
Par extension, le terme est employ pour indiquer la contestation d’autres crimes contre l’humanit. Les massacres pratiqus au Cambodge par les Khmers rouges, le gnocide des Tutsi au Rwanda…

Mme si elle part d’une intention louable, la pnalisation du ngationnisme apporte aux ngationnistes l’aura de la victimisation. C’est pourquoi il ne faut pas censurer les ngationnistes mais dmonter leur argumentation et en montrer l’absurdit. Ainsi, dans son ouvrage Les Assassins de la mmoire, Vidal-Naquet dnonce le ngationnisme en faisant ce qu’il appelle l’anatomie du mensonge .

2- Le ngationnisme

2.1- Qui sont les ngationnistes ?

Ce sont des personnalits isoles qui, pour diverses raisons, nient avec acharnement l’existence d’un gnocide des Juifs. Parmi eux, on voque souvent :

  • Paul Rassinier (1906-1967), un des premiers ngationnistes. Militant communiste, socialiste, il fut dport dans les camps de Buchenwald et de Dora avant de devenir, aprs la guerre, un des principaux initiateurs du rvisionnisme. Dans Le Mensonge d’Ulysse publi en 1950, il nie le gnocide et parle de complot international .
    JPEG - 5.8 ko
    Robert Faurisson
  • Robert Faurisson. Professeur de littrature Lyon 2. Il se rvle au grand public avec la publication d’une lettre tribune dans le Monde (29 dcembre 1978) intitule Le Problme des chambres gaz ou la rumeur d’Auschwitz . A la suite du scandale suscit par dette publication, il est suspendu (avec traitement) et affect au CNED (enseignement distance). Mais en dcembre 1980, il publie, grce au soutien de "La Vieille Taupe" (maison d’dition du rvisionnisme) un Mmoire en dfense contre ceux qui m’accusent de falsifier l’histoire o il qualifie le prtendu gnocide des Juifs de mensonge historique . Il est condamn en 1981 pour diffamation raciale et, aprs l’adoption de la loi Gayssot en 1990, il est condamn en 1991 pour contestation de crime contre l’humanit .

2.2- Quelles sont leurs thses ?

Les ngationnistes affirment que :

  • Il n’y a pas eu de gnocide ni de chambres gaz
  • La solution finale a consist refouler les Juifs vers l’est et non les exterminer
  • Le million de morts est imputable au typhus qui rgnait dans les camps et aux bombardements des Allis
  • Les crimes de l’URSS stalinienne sont plus graves que les crimes nazis
  • Le gnocide est une invention de la propagande allie principalement juive ou sioniste.

2.3- Quelles sont leurs mthodes ?

JPEG - 102.1 ko
Les chambres gaz d’Auschwitz
  • Le doute hypercritique :
    • Tout tmoignage direct apport par un Juif est cart
    • Si un tmoignage gnant contient une petite erreur, il est entirement discrdit
    • Tout tmoignage nazi postrieur la guerre est considr comme obtenu sous la torture ou par intimidation
    • On isole des faits exacts mais insignifiants pour disqualifier les documents gnants
  • Une argumentation pseudo-technique :
    • Il n’y avait pas de matriels (fours, gaz) permettant de tuer en masse et donc pas de chambres gaz
    • La capacit des crmatoires n’tait pas suffisante pour faire disparatre des millions de corps
  • Une minimisation systmatique :
    • Le chiffre de six millions de morts est largement exagr. Le nombre de morts n’a pas dpass le million.
    • Les morts s’expliquent non par le gnocide mais par les circonstances de guerre

Dans tous les cas, il s’agit de mthodes falsificatrices au service de prsupposs racistes.

2.4- Quels sont leurs ressorts ?

Le ressort principal du ngationnisme est videmment l’antismitisme de type nazi et la volont de dfendre le rgime nazi et ses collaborateurs.

Il est gnralement dfendu par des militants d’extrme droite : ils ractualisent une longue tradition antismite de l’Occident, ils dnoncent un prtendu complot juif international.

Mais il peut l’tre galement par des groupes se rclamant de l’extrme gauche.
Pour eux, l’antifascisme est un obstacle l’ide de la rvolution ouvrire. Les bourgeois ont invent un mal absolu : Auschwitz, pour faire oublier l’exploitation des ouvriers et celle du Tiers-Monde.
Un autre aspect de leur dmarche est l’hostilit l’Etat d’Isral. Les Juifs, selon eux, auraient utilis un gnocide invent de toutes pices pour justifier l’existence de l’Etat d’Isral et perscuter le peuple palestinien.

3- L’tat des connaissances sur la solution finale

3.1- Pourquoi le gnocide ?

  • L’antismitisme meurtrier

Il est au centre de la pense nazie selon laquelle la race juive serait un bacille qui dtruit la race suprieure des Aryens. La dfaite de 1918 serait due aux Juifs. Le bolchevisme serait une manation de la pense juive.

JPEG - 71.4 ko
Antismitisme nazi

La perscution des Juifs commence ds 1933 entranant l’exclusion, l’expropriation, l’migration force des Juifs. Aprs l’Anschluss en 1938 (annexion de l’Autriche), la Nuit de Cristal (novembre 38) est l’une des prmices de la Shoah. 91 Juifs sont assassins et 30 000 interns dans des camps de concentration. Le 30 janvier 1939, Hitler annonce devant le Reichstag l’anantissement de la race juive en Europe en cas de guerre mondiale :
Je vais nouveau tre prophte, aujourd’hui : si la juiverie financire internationale, hors d’Europe et en Europe, russissait prcipiter encore une fois les peuples dans une guerre mondiale, alors la consquence n’en serait pas la bolchvisation de la terre et la victoire de la juiverie, mais l’anantissement de la race juive en Europe

  • La guerre

Elle est raciste ds le dpart. Hitler ordonne d’envoyer les handicaps mentaux allemands (100 000 tus) dans des centres d‘euthanasie qui annoncent les chambres gaz.

JPEG - 47.3 ko
Le ghetto de Varsovie

Aprs l’invasion de la Pologne, les Juifs de ce pays sont contraints de vivre dans des ghettos o les conditions de vie sont extrmement dures. Les Juifs sont dcims par la malnutrition, les pidmies et la fatigue conscutive au travail forc. A partir de 1940, les Juifs d’Allemagne sont galement dports vers les ghettos polonais.
En 1941, les units mobiles de tuerie ou Einsatzgruppen commencent intervenir. Les Juifs sont assassins par familles entires (prs de 100 000 tus par mois).
La guerre contre L’URSS change les donnes (juin 41 mai 45). Les deux pays se livrent une guerre totale, plus longue que prvue. On assiste des dportations en masse dans les pays occups de l’Europe de l’Est et l’extermination des Juifs prend une dimension industrielle.

3.2- La solution finale

JPEG - 37.7 ko
Auschwitz
  • La Shoah

L’extermination de la totalit des Juifs d’Europe a t dcide dans le courant de l’automne 1941. Hermann Gring aurait envoy Heydrich Reinhard un ordre officiel secret lui confiant la mise en œuvre d’une solution finale au problme juif
L’opration Reinhard a plus particulirement dsign l’extermination des Juifs de Pologne entre mars 1942 et octobre 1943 (plus de deux millions de Juifs).

JPEG - 124.4 ko
Carte des camps

Les historiens de la Shoah recensent six camps d’extermination : Auschwitz, Belzec, Chelmno, 1Majdanek, Sobibor, Treblinka.
En raison de sa taille, Auschwitz est considr comme le symbole de la Shoah. En 5 ans (1940 45), plus de 1,1 million d’hommes, de femmes et d’enfants y meurent. Les victimes (90% sont juives) sont tues dans les chambres gaz ou meurent de maladies et de malnutrition.

L’estimation du nombre de victimes de la Shoah est de 5,7 millions (entre le 1er septembre 39, date de l’invasion de la Pologne et le 8 mai 45, date de la capitulation des forces nazies).
Outre les Juifs, les nazis s’en prirent aussi d’autres groupes qu’ils jugeaient "racialement infrieurs" : les Roms (Tziganes), les handicaps et certains peuples slaves (dont les Polonais et les Russes). D’autres groupes furent perscuts pour des raisons politiques, idologiques et comportementales, parmi eux des communistes, des socialistes, des Tmoins de Jhovah et des homosexuels.

  • L’organisation du secret

Pour pratiquer leur politique sans veiller les soupons, les nazis ont recouru la technique du langage cod. Tous les documents taient marqus du timbre trs secret . On parle de traitement spcial pour signifier une excution ou d’ action spciale (Sonderaktion) pour les massacres dans les chambres gaz.

En novembre 44, ordre est donn de dtruire les chambres gaz et les crmatoires. Toutes les archives sont brles et en premier lieu les registres du bureau des entres qui aurait permis de dcouvrir l’ampleur du massacre.

Ce secret a t rendu possible par la complicit passive de certains et le caractre impensable de la chose. Le philosophe R. Aron, qui servit la France libre Londres explique ainsi dans ses Mmoires son incrdulit et celle de ses contemporains : Les chambres gaz, l’assassinat industriel d’tres humains, non, je l’avoue, je ne les ai pas imagins et, parce que je ne pouvais pas les imaginer, je ne les ai pas sus .

3.3- Les sources de connaissance

  • Pendant la guerre Les allis taient informs. Inform par ses services de renseignements, W. Churchill savait. La presse britannique (Daily Telegraph 25 juin 42) a rvl l’ampleur du massacre. Ces informations ont t reprises par le New York Times, suscitant des manifestations de protestation. Le pape Pie XII tait inform sur le gnocide mais il est rest silencieux.

    Comment expliquer un tel silence ? Les allis auraient-ils pu, d arrter les trains de la mort ? C’est une question sans rponse. En tout cas, pour Churchill et Roosevelt, il importait avant tout d’en finir au plus vite avec la guerre et le nazisme. Mais l’ouverture des archives de la papaut de Pie XII, demande par le pape Franois, pourrait relancer le dbat sur la responsabilit du Saint Sige durant la Seconde guerre mondiale.

    JPEG - 56.1 ko
    Le procs de Nuremberg
  • Aprs la guerre Les tmoignages des allis, les archives allemandes avec l’explication du langage cod, les confessions des nazis au cours des procs (procs de Nuremberg du 20 novembre 45 au 1er octobre 46) et paradoxalement les critiques des ngationnistes (qui ont entran des complments d’enqute) ont permis de faire en partie la lumire sur le gnocide mais cette connaissance n’est ni exhaustive ni acheve.

4- Conclusion

Le ngationnisme est donc non seulement moralement intolrable mais intellectuellement malhonnte.
Depuis la Loi Gayssot (13 juillet 1990) il est galement devenu un dlit. Toutefois cette Loi fait dbat : des personnalits comme Robert Badinter sont opposes par principe aux Lois mmorielles qui instaurent une vrit officielle . En effet, l’histoire officielle est le propre des tats totalitaires (dans son roman 1984, George Orwell imagine un ministre de la Vrit qui rvise l’histoire).

JPEG - 46.6 ko

Face au ngationnisme, il faut rester vigilant et entretenir la mmoire.
Le national-socialisme a perptr le pire des crimes mais il faut aussi voir qu’il s’est implant au cœur de l’Europe dans un pays hautement civilis. A ce titre il doit questionner la conscience europenne. Il faut savoir que l’inhumain loge en chacun de nous et que dans un rgime totalitaire ceux qui accomplissent des actes monstrueux ne sont pas si diffrents de ceux qui s’en pensent incapables. C’est ce que Hannah Arendt a montr en par parlant de la tragique banalit du mal . Pour elle, Eichmann n’tait pas diabolique, il tait l’incarnation du refus de la pense.


Ecrire un commentaire sur l'article

modération a priori

Votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site, mais il sera bien pris en compte.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Quand votre message est prêt, cliquez sur "Prévisualiser".
    Puis, si le message vous convient, cliquez sur "Message définitif, envoyer au site".