Accueil > Politique > Les grands dossiers contemporains > Le terrorisme

Sommaire

Le terrorisme Le terrorisme

jeudi 30 janvier 2014 par Jacqueline

Il y a 6 messages en réponse à cet article.

Cet article fait le compte rendu de la confrence de B. Benoit du 15 janvier 2014 ayant pour objet le terrorisme mais ayant essentiellement port sur le terrorisme islamiste.
En faisant ce compte rendu, j’ai complt certains lments, en particulier le dveloppement du terrorisme aprs la seconde guerre mondiale, qui m’ont paru traits trop rapidement.
Inversement, je n’ai pas repris les parties concernant la guerre en Irak et la guerre serbo-croate, celles-ci ne traitant pas vraiment du terrorisme.

Introduction

B. Benoit propose la dfinition suivante du terrorisme : une crise qui ne peut tre rsolue par le politique.

J’ai cherch une dfinition plus prcise et vous propose celle-ci du philosophe Jacques Derrida : Un crime contre la vie humaine en violation des lois (nationales ou internationales) impliquant la fois la distinction entre civil et militaire (les victimes du terrorisme sont supposes tre civiles) et une finalit politique (influencer ou changer la politique d’un pays en terrorisant sa population civile) .

JPEG - 73.1 ko
L’assassinat de Sadi Carnot

- Bien qu’il ait toujours exist, le terrorisme s’est dvelopp la fin du XIXme sicle et au dbut du XXme. Il est d’abord pratiqu individuellement par des anarchistes comme Ravachol (attentats du Bvd Saint Germain et de la rue de Clichy en 1892), Caserio (assassinat du prsident Sadi Carnot en 1894) ou par des nihilistes (en Russie notamment).

- Dans les annes 45-70, le terrorisme apparat essentiellement comme un moyen de lutte dans le cadre de la colonisation.

  • C’est en particulier le cas lors de la guerre d’Algrie (54-62), o des attentats sont perptrs sur le territoire algrien, mais aussi en mtropole (attaques de postes de polices, de casernes, … en aot 58).
  • Ce terrorisme est aussi le fait d’organisations d’extrme droite, en particulier l’OAS (tentative d’assassinat du gnral de Gaulle).

- Dans les annes 70-80, trois causes diffrentes conduisent un renouvellement du terrorisme :

  • La contestation du capitalisme, l’intrieur des Etats de l’ouest.
    - C’est le cas des Brigades Rouges en Italie (assassinat d’Aldo Moro, chef du parti de la Dmocratie Chrtienne).
    - De mme en Allemagne avec la Fraction Arme Rouge, dite aussi bande Baader (assassinat de Hans Martin Schleyer, prsident du patronat allemand).
    - Egalement en France, avec Action Directe (assassinat du gnral Audran, de G. Besse, PDG de Renault).
    L encore le terrorisme d’extrme gauche trouve son pendant l’extrme droite : exemple du groupe Charles Martel, qui conduit des actions violentes contre les immigrs, les gauchistes, voire les Juifs.
  • L’exacerbation du conflit isralo-palestinien Le terrorisme vise Isral (Frres Musulmans, Hamas, Fatah) mais aussi les Etats occidentaux :
    - Attentat de la rue de Rennes, li au Hezbollah,
    - Attentats visant les troupes amricaines sur l’aroport international de Beyrouth,
    - Explosion du Boeing de la Pan Am au-dessus de Lockerbie.
    JPEG - 71.7 ko
    L’attentat de Lockerbie
  • Le dveloppement de revendications rgionalistes. C’est le cas en Irlande, mais aussi au Pays Basque, en Corse et dans une moindre mesure en Bretagne.

- Dans les annes 80, avec la mondialisation, le terrorisme qui tait trs localis s’largit la plante. Avec la dislocation de l’URSS en 1989, l’alternative communiste ne s’impose plus.
Dans ce nouveau contexte, le terrorisme apparat comme un rejet du libralisme triomphant et prend aussi une dimension religieuse. C’est toute la socit occidentale judo-chrtienne que le terrorisme islamiste dnonce.

Dans son livre Le choc des civilisations (1993-94), S. Huntington thorise cette mondialisation du terrorisme. Selon lui, le 21 me sicle sera celui de l’affrontement entre les musulmans et les judo-chrtiens.

Les bases du terrorisme islamiste

1. Naissance du GIA en Algrie

Vingt ans aprs l’indpendance, l’Algrie subit une baisse des revenus ptroliers. La faillite conomique entrane une faillite sociale, notamment auprs d’une jeunesse diplme mais sans emploi. Ces jeunes sont sensibles aux discours anti occidentaux des imams qui accusent le pouvoir d’tre vendu la socit judo-chrtienne.

Le FIS (Front Islamique du Salut) gagne les lections municipales de 91. Pour viter un raz de mare islamiste aux lections lgislatives de 92, le gouvernement annule le second tour, interdit le FIS et arrte des milliers de ses membres. Commence alors une gurilla entre le GIA (Groupe Islamiste Arm – branche arme du FIS) et le gouvernement. Progressivement, l’arme repousse ces groupes vers le sud algrien et le nord du Mali.

Entre juillet et octobre 1995, la France qui soutient le gouvernement algrien est touche par huit attentats la bombe (faisant huit morts et 200 blesss) qui furent officiellement attribus au GIA, comme l’attentat contre une cole juive de Villeurbanne perptr par Khaled Kelkal.

2. Dveloppement du mouvement taliban en Afghanistan

En 1979, l’entre des sovitiques en Afghanistan est ressentie comme l’invasion d’une terre sainte par des non croyants. Une rsistance, mene par les Afghans sunnites, se met en place contre les envahisseurs occidentalo-chrtiens .

JPEG - 36.8 ko
Talibans

Au dpart, ces jeunes Afghans sont des tudiants (c’est le sens du mot arabe taliban) fondamentalistes. Les Amricains vont s’appuyer sur les services secrets pakistanais pour armer les talibans et les transformer en terroristes antisovitiques.
Progressivement, les talibans vont drainer partout dans le monde de jeunes musulmans parmi lesquels un certain Ben Laden, un riche ymenite qui fait ses armes en Afghanistan. En crant ce Frankenstein islamiste, les Amricains n’avaient pas prvu que leur crature leur chapperait pour perptrer l’attentat meurtrier du 11 septembre 2001. Mais n’anticipons pas…

3. Rsistance musulmane en Tchtchnie

JPEG - 233.4 ko
La Tchtchnie

La disparition de l’URSS en 1989 a permis la cration de nouveaux Etats et la Tchchnie proclame son indpendance en 1991.
Pendant trois annes de laisser-faire par le gouvernement Eltsine, la Tchtchnie profite de son statut pour former ses propres infrastructures civiles et militaires en tablissant des liens avec des mouvements islamistes de Jordanie, d’Arabie Saoudite et d’Afghanistan.
Moscou comprenant que les milices tchtchnes reprsentent un danger pour la Russie dcide de reprendre le contrle et en 1994, l’arme russe engage une attaque surprise qui se heurte une rsistance inattendue de la part des combattants musulmans. Un accord de paix est sign. Le gouvernement tchtchne (de fait contrl par Moscou) opprime les populations musulmanes qui se radicalisent. Les mouvements islamistes (ou prsents comme tels par le prsident Poutine) auraient alors procd plusieurs attentats sur le territoire russe.

4. Les Frres Musulmans

L’association est fonde en 1928 par Hassan el Banna, un instituteur gyptien, aprs l’effondrement de l’Empire ottoman. Il s’agissait alors de rsister au pouvoir anglais. Les Frres Musulmans sont perscuts par Nasser et en 1956, lorsque Sad Qotb, le thoricien du mouvement, est excut, ils entrent dans la clandestinit.

JPEG - 10.7 ko
Les Frres Musulmans

Il faut distinguer deux courants :

  • les djihadistes radicaux qui mnent la guerre sainte et veulent instaurer un grand Etat islamiste fond sur l’application de la Charia.
  • les Frres Musulmans (parrains par le Qatar) qui veulent crer une socit musulmane avec une conomie moderne et veulent accder au pouvoir sans recourir la violence. A ct d’eux, les Salafistes, qui ne sont pas fdrs, sont un mouvement sunnite financ par l’Arabie Saoudite, qui prne le retour une socit traditionnelle.

5. Al Qada et Ben Laden

JPEG - 65.7 ko
Said Qotb

Al Qada (“la base”, en arabe) est un mouvement fond par le cheikh Abdullah Yusf Azzam et son disciple Oussama Ben Laden en 1987. Il prend ses racines dans l’idologie de Sad Qotb et est une forme mutante des Frres Musulmans et des Salafistes.

Oussama Ben Laden, est issu du mouvement salafiste. Il est originaire d’une riche famille saoudienne du Ymen (il aurait hrit de 30 millions de dollars la mort de son pre). En 1979, au moment de la guerre d’Afghanistan, il devient l’intermdiaire entre l’Arabie Saoudite et les talibans (financement, organisation, armement,…). Suite sa rencontre avec le palestinien Azzam, il devient Homme de Dieu et la mort de celui-ci (assassin en 1989), il prend la tte du mouvement qui deviendra Al Qaida.

Aprs le dpart des Sovitiques d’Afghanistan (en fvrier 1989) , les Amricains qui ont atteint leur objectif stoppent le financement des djihadistes. Ben Laden quitte l’Afghanistan et retourne en Arabie Saoudite o il est considr comme un hros. Un an plus tard, l’invasion du Kowet par l’Irak suscite la raction immdiate des Etats-Unis et le prsident Georges Bush engage l’opration Bouclier du dsert .
L’Arabie Saoudite ouvre son territoire l’arme amricaine (500 000 soldats) et Ben Laden accuse le roi Fahd d’avoir souill le sol de l’Arabie Saoudite en introduisant les infidles . Son passeport est saisi et il quitte le pays en mai 1991. Il s’en va au Soudan mais en est expuls en 1995 sous la pression de l’Arabie Saoudite. Il retourne alors en Afghanistan dans des rgions inaccessibles.

Le premier mandat d’arrt international lanc sur sa personne date de mi avril 1998. Les Etats Unis le tiennent pour responsable des attentats la bombe dirigs contre les ambassades amricaines de Nairobi au Kenya (213 morts, dont 8 amricains) et en Tanzanie en 1998.

Le 11 Septembre 2001, les attentats contre le World Trade Center et le Pentagone font 3000 victimes. Pour Ben Laden, cette attaque est hautement symbolique. Elle vise New York une ville juive , deux tours qui veulent atteindre Dieu , prs de Wallstreet, le sanctuaire de la finance. Ben Laden reconnat son implication dans ces attentats qu’il justifie comme une rponse l’oppression et la tyrannie de la coalition amricano-isralienne .

Aprs que le gouvernement afghan ait refus de livrer Ben Laden, le prsident Georges Bush obtient la mise sur pied d’une intervention internationale en Afghanistan dans le but d’anantir Al Qada. L’Amrique est alors perue comme le pays qui attaque le monde arabe, crant un sentiment de victimisation chez les musulmans. C’est ce que voulait Ben Laden.

- 2001-2004 : Ben Laden reste dans des zones tribales d’Afghanistan. Il chappe aux poursuites et se rfugie finalement au Pakistan.
- 2003-2007 Al Qada fait un retour fracassant avec les attentats Madrid et Londres (2004-2005).
- 2007 Devant l’efficacit des drnes amricains et aussi pour des raisons mdicales, Ben Laden rejoint Abbottabad au Pakistan o il se fait construire une rsidence fortifie.
- La nuit du 2 mai 2011, Ben Laden est tu par un commando de l’US Navy sur ordre du prsident amricain. Barack Obama dclare Justice est faite .

JPEG - 86 ko
La villa fortifie de Ben Laden
JPEG - 54.2 ko
Territoire d’action d’AQMI

Mais si Ben Laden a disparu, Al Qada a essaim :

  • AQMI (Al Qaida au Maghreb islamique) : les racines du groupe se trouvent en Algrie mais sa zone d’opration actuelle correspond la rgion du Sahel : Mauritanie, Mali et Niger.
  • AQPA ( Al Qaida dans la pninsule arabique) est une organisation islamique arme active principalement au Ymen et en Arabie saoudite.
  • Al Shabbaab : c’est un groupe islamiste somalien. Il est souponn d’entretenir des liens avec la direction centrale d’Al-Qada au Pakistan et aurait perptr l’attentat de Nairobi en 2013.

6. Les loups solitaires

Ce sont des jeunes isols, certains intgrs dans la socit occidentale, qui basculent dans le djihadisme, sous l’influence de prdicateurs islamistes radicaux entendus sur Internet, dans certaines mosques, dans certaines prisons.

Lanc en juillet 2010 par AQPA, le magazine Inspire est souvent considr comme la principale source d’information de ces loups solitaires, aux niveaux idologique et oprationnel. Les forums de discussion et les rseaux sociaux sont galement devenus un espace de recrutement de nouveaux adeptes.

Actuellement, ces jeunes djihadistes apparaissent les plus inquitants car ils sont incontrlables. Il sont l’origine de plusieurs attentats rcents :

JPEG - 162.7 ko
L’attentat de Boston

-* 5 novembre 2009 au Texas o 15 soldats sont tus par un Amricain

  • Mars 2012 Mohamed Merah, un jeune franco algrien tue 7 personnes Toulouse et Montauban
  • Octobre 2013 une picerie casher est l’objet d’un attentat
  • Avril 2013 des bombes font 3 morts et plus de 130 blesss lors du marathon de Boston.

En ce moment, plusieurs centaines de jeunes Franais convertis au djihadisme seraient en Syrie.

Conclusion

Quelle qu’en soit la forme, organise ou individualise, le terrorisme est actuellement une des principales menaces pour le monde civilis. En occident, il est notamment aliment par :

  • la guerre civile et religieuse en Syrie,
  • l’absence de rponse au problme palestinien,
  • la politique de Poutine au Caucase.

Une lueur d’espoir dans ce tableau plutt sombre : le retour possible de l’Iran dans la communaut internationale, qui pourrait permettre d’obliger Bachar El Assad ngocier une sortie de guerre.


Messages

  • Encore un article intressant sur les grands dossiers contemporains.
    Toutefois et comme Jacqueline, je m‘interroge sur le glissement qui a conduit le confrencier (B. Benoit) restreindre son propos (le terrorisme) au seul dossier du terrorisme islamiste.
    On ne peut nier l’importance objective de ce terrorisme dans le dsordre actuel, ni sa prpondrance dans les craintes qu’il inspire en occident. Mais ne mentionner que lui (et si j’ai bien compris, Jacqueline a t amene complter un panorama trop court du terrorisme depuis 1945) me parait tendancieux et de nature renforcer la thse de Huntington, dveloppe dans le choc des civilisations .

    Huntington dfinit les civilisations par rapport leur religion de rfrence (le christianisme, l’islam, le bouddhisme…), et l’on peut craindre, notamment en France compte tenu des tensions entre les communauts, un amalgame entre Islam et Islamisme. Je ne prte pas B. Benoit l’intention de participer cet amalgame, mais je trouve qu’il prend des risques en limitant ainsi le champ de sa confrence.
    Car enfin, peut-on passer sous silence l’attentat de Anders Behring Breivik Oslo le 22 juillet 2011, qui a fait 77 morts, dans un dlire raciste et islamophobe ?
    Peut-on ignorer l’instrumentalisation du terrorisme tchtchne par le pouvoir Russe ?
    Mme en France, ne faut-il pas s’interroger sur la faon dont le juge Bruguire a orient vers les rseaux islamistes son enqute sur l’attentat de Karachi ? Alors qu’on peut raisonnablement penser un terrorisme d’Etat, li l’arrt du versement des rtro-commissions, dcid par le nouveau gouvernement franais de l’poque.

    Par ailleurs, j’aurais souhait que B. Benoit aborde ce problme complexe de la lgitimit des objectifs politiques, qui justifierait ( ?) les violences commises. Il aurait pu aborder cet aspect et analyser la diffrence entre rsistance et terrorisme , dpasser le clich comme quoi un terroriste pour l’un est un combattant de la libert pour l’autre  : un individu est un terroriste quand il emploie des mthodes terroristes.
    En tous cas une confrence (et un article !) qui devraient susciter commentaires et ractions…



    Répondre au message 2171 du 30 janvier 2014, 16:13, par Jean-Franois


  • Je suis d’accord avec les remarques de JF. D’autre part il faudrait dmler finement le dessous des cartes, les oppositions sunites chiites, le rle de l’Arabie Saoudite et du Qatar, leurs alliances...les alliances avec la Russie et le rle des puissances occidentales.
    Ainsi en Egypte, le problme me semble conomique et d’ducation : une population pauvre et ignorante ct d’une minorit de riches Cairotes, pas de classe moyenne. A l’arrive de Nasser les gyptiens rvaient d’un autre avenir...je pense que l’occident n’a pas su aider ces pays (Egypte, Lybie, Algrie se dvelopper, c’est toujours plus facile de ngocier les matires premires au meilleur prix avec un gouvernement fort (dictature et corruption peu importe...). Sadam Hussein tait un idaliste ses dbuts mais quand il a voulu nationaliser les hydrocarbures, l’occident lui a fait une guerre de blocus sans merci... Kadafi tait un horrible bonhomme mais la France lui a quand mme droul le tapis rouge. Bon il faut voir tous les aspects du problme.
    PS pour l’avion qui s’est cras sur Lockerbie c’est une histoire complexe, je l’ai entendue expliqu par M.X sur France Inter le samedi.

    • Salut Mimi,
      Certes il faudrait dmler finement le dessous des cartes...

      Dans ton commentaire, tu voques le rle de l’occident, et je peux tre d’accord avec toi. Il me semble effectivement ncessaire d’analyser ce rle pour voir dans quelle mesure il a pu favoriser un environnement favorable au terrorisme.
      Mais l’objet de ma remarque tait tout autre : dpasser la confusion entre :
      - une motivation qui peut dans certains cas tre bonne (dnoncer une oppression, une spoliation…) ou mauvaise (nier le droit des femmes...)
      - et un acte : le terrorisme, qui par essence est aveugle, s’en prend des victimes innocentes et donc reste injustifiable. C’est pourquoi je disais : un individu est un terroriste quand il emploie des mthodes terroristes .
      Bref et plus simplement : une fin, mme juste, ne justifie pas tous les moyens.

      PS : concernant l’attentat de Lockerbie, tu dis que c’est une histoire complexe. Peut–tre pourrais tu aller plus loin et faire un commentaire sur ce que tu as retenu de l’mission de M. X ?

    • Répondre à ce message (2177)



    Répondre au message 2173 du 31 janvier 2014, 11:05, par Mimi


  • C’est tout simplement remarquable : une relle clarification d’une confrence trs touffue. Reste la question pose par Jean-franois pour laquelle je n’ai pas de rponse.
    Mais qui est donc cet Huntington ? et Que signifie ce titre"Le Choc des Civilisations ?". Quelle est la thse soutenue par l’auteur ?

    • Samuel Huntington est un amricain, professeur de sciences politiques Harvard. Son livre Le choc des civilisations publi en 1993 est devenu une rfrence depuis l’attentat du 11 Septembre 2001 mais il est aussi trs controvers.
      Sa thse repose sur une analyse du nouveau rapport des forces internationales depuis la fin de la guerre froide. Avec le triomphe du libralisme, le clivage idologique entre communisme et capitalisme est dpass. Selon lui, ce ne sont plus les idologies qui vont s’opposer mais les cultures, les civilisations qui vont engendrer des conflits. Il en dnombre 9, chacune reposant sur un systme de valeurs et une religion. Huntington constate que la modernisation des Etats non occidentaux n’a pas entran leur occidentalisation mais plutt renforc leur attachement leur civilisation. C’est pourquoi l’occident doit se prparer affronter d’autres civilisations, notamment l’islam.

      Dans les controverses sur son livre, on lui reproche notamment :
      - une conception belliqueuse des relations internationales laquelle on peut opposer l’existence des institutions internationales fondes sur le multiculturalisme
      - l’ide que la dmocratie est une valeur uniquement occidentale que les autres civilisations ne peuvent connatre (le printemps arabe, malgr ses atermoiements, montre le contraire).

    • Répondre à ce message (2176)



    Répondre au message 2175 du 31 janvier 2014, 19:38, par Videt Dominique.


  • Bravo Jacqueline pour ce compte rendu encore plus clair et complet que la confrence elle- mme.
    Je n’ai rien ajouter, d’autant plus que, comme je taille mes framboisiers, je me sens un peu loin de l’agitation du monde !
    Marino



    Répondre au message 2179 du 4 février 2014, 17:27, par marie noelle


Ecrire un commentaire sur l'article

modération a priori

Votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site, mais il sera bien pris en compte.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Quand votre message est prêt, cliquez sur "Prévisualiser".
    Puis, si le message vous convient, cliquez sur "Message définitif, envoyer au site".