Accueil > Politique > D�mocratie > Ce qui nous attend (1/2)

Sommaire

Ce qui nous attend (1/2) Ce qui nous attend (1/2)

Premier article, consacr

vendredi 24 avril 2020 par Jean-Franois

Il y a 11 messages en réponse à cet article.

Suite

Dans les semaines ou les premiers mois qui vont suivre le d


Messages

  • Ce n’est pas un commentaire, mais une question : que veut dire :
    On pourrait, nous Europens, dcider de ne pas nous rembourser ces dettes nous-mmes.
    bien amicalement
    Dominique

    • Salut Dominique-Lui.
      Je suppose que ta question porte juste sur la comprhension de la phrase : On pourrait, nous Europens, dcider de ne pas nous rembourser ces dettes nous-mmes.

      Je vais essayer de l’expliquer par une parabole.
      Supposons un couple qui s’entend bien, pas de problmes entre eux.
      A un moment, le mari a emprunt 5.000 euros sa femme pour acheter une voiture.
      A un autre moment, la femme a emprunt 5.000 euros son mari, pour faire un voyage dont elle rvait.
      Tout se fit bien et ils oublirent mme ces 2 transactions.

      Quelques annes plus tard, le mari va voir sa banque et lui demande un emprunt pour changer son outillage de bricoleur. Le banquier lui rpond : je ne peux pas, Monsieur, vous avez dj un emprunt en cours et a dpasserait votre capacit de remboursement.
      Dans le mme temps, la femme va voir sa banque et lui demande un emprunt pour renouveler sa garde robe. Le banquier lui rpond : je ne peux pas, Madame, vous avez dj un emprunt en cours et a dpasserait votre capacit de remboursement.

      Situation bloque ! Mais le couple, un soir sur l’oreiller, se dit : et si on annulait les dettes que nous avons contractes l’un envers l’autre ?
      Ce qu’ils firent, et videmment a ne leur cota rien. Et ils purent retourner voir leur banquier, avec succs cette fois. Et chacun de pouvoir acheter, qui son outillage, qui sa garde robe.

      Dominique-Lui, si jamais ta question portait, non sur le sens de la phrase, mais sur les modalits financires de l’annulation d’une dette, je t’invite regarder la rponse que je vais faire Christine, qui pose cette question (entre autres)

    • Répondre à ce message (2640)
    • Chres lectrices, chers lecteurs,
      Dans ma parabole en rponse au message de Dominique-Lui, j’ai gliss les poncifs les plus culs sur les relations homme-femme : Monsieur bricole et s’intresse la bagnole, Madame change de robe et part en voyage. J’esprais une avalanche de propos indigns, mais rien (sauf de Dominique V.). Je fais deux hypothses :
      - Vous avez lu distraitement et n’avez rien remarqu.
      - Vous-vous tes dit : ce JF est tellement macho que a ne vaut mme pas qu’on lui rponde !
      Finalement, l’exercice de la parabole au second degr est difficile.

    • Répondre à ce message (2648)



    Répondre au message 2638 du 25 avril, 09:28, par Dominique


  • Merci Jean-Franois pour la suite de ces exposs qui devraient nous aider mieux cerner le prsent et l’avenir !!!
    Quelques petites questions :
    Pour rcuprer dans le futur les sommes considrables d’argent prtes ou investies par l’Etat, tu voques le retour de l’ISF, ce qui parat moralement et thiquement la moindre des mesures, mais on nous a toujours dit que c’tait "peanuts". L’impt fortement progressif sur revenus et capital, oui bien srest ce que c’est le Parlement qui devrait voter cette proposition qui manerait du chef de l’Etat ? Combien de mois pour l’appliquer ? Est-ce possible pour la France seule, ou serait ce envisageable au niveau de l’Europe ? Y a t-il des pays prts appliquer ce systme ?
    En ce qui concerne la BCE, qui finalement prte aux Etats, on parle de sommes considrables. Si elle fait marcher la planche billets, comment dtermine t-elle les montants maximum disponibles ? Sur quels critres ces sommes sont-elles ensuite rparties entre les Etats Europens ? Est ce que les autres Banques (FED US , Banque d’Angleterre, Chine) font les mmes manuvres ? Si tous les tats du Monde sont trs endetts, l’effacement de toutes les dettes serait-il envisageable et quelles seraient les consquences ? qui y perdrait ?
    Quant aux grandes orientations de l’conomie future, on a l’impression que l’opinion publique est prte, mais combien de temps sera-t-il ncessaire pour crer les outils pour, par ex, la rnovation des btiments ( priori le plus simple), le rail (rouvrir les anciennes lignes, dvelopper le fret sur rail (trs complexe), la voiture (peut-on arrter de subventionner la construction des SUV, la recherche sur la conduite autonome et autres projets inutiles ?) Quel chantier !
    Bises tous deux

    • Salut Chris,
      Trois questions dans un message, et pas des moindres (Fiscalit, BCE, Relance onomique) ! Je me lance quand mme et je vais essayer de faire court. Allons- y, question par question.

      1. La partie fiscale

      Pour la faisabilit, une Loi suffit. Proposition dpose par le Premier Ministre ou par un parlementaire. L’Assemble nationale vote pour, le Snat contre ( ! ). Navette et finalement la Loi est adopte...
      Comment analyser l’efficacit ?

      - Concernant le retour l’ISF initial (on a maintenant l’IFI, Impt sur la Fortune Immobilire).

      . Psychologiquement, le mal est fait : un gouvernement pour les riches...
      . Est-ce que a a entran l’exil fiscal des riches ? Sans doute quelque-uns, fortement mdiatiss (Depardieu...). Globalement, la France reste un Etat trs attractif, par la qualit de ses infrastructures, la qualit de ses scientifiques, le regroupement de ples d’excellence (Ile de France, Lyon, Toulouse...), etc.
      . L’Etat rcuprerait 3Mds d’, pas ngligeable, mais effectivement peu au regard des investissements ncessaires pour la relance post-crise.
      . Bien que la France soit un des rares pays le faire, le maintien de l’IFI (impt sur la fortune immobilire) me parat normal : l’immobilier procure une rente qui ne sert ni l’innovation ni l’investissement.
      . La suppression de l’impt sur les valeurs mobilires a-t-elle amlior l’investissement, puisque tel tait l’objectif ? Le rapport 2019 du comit d’valuation a jug qu’il tait trop tt pour le savoir. Les premires pistes : les gains des riches auraient plutt servi leur consommation qu’ l’investissement. Mais l’attractivit de la France l’tranger se serait amliore...
      . Globalement, je suis d’accord avec toi : moralement et thiquement, c’est la moindre des mesures.

      - Concernant la forte progressivit de l’impt (demand par Piketty).

      . Il a trs bien march aux USA, pour sortir de la crise des annes 30 (New Deal) et pendant 50 ans.
      . La psychologie des riches est sensiblement diffrente aux USA : Ils n’aiment pas l’impt, mais ils contribuent fortement au financement des fondations, par des dons volontaires. Et la transmission du capital aux enfants est moins bien perue qu’en France (il faut que chacun refasse ses preuves...).
      . La droite crierait videmment l’impt confiscatoire. Avec les seuils prvus par Piketty, la confiscation reste douce...
      . Ce serait sans doute mieux que cette mesure soit prise dans un cadre europen, mais quelle probabilit qu’il en soit ainsi ?
      . La refonte complte du systme d’imposition en France et la forte taxation des hauts revenus serait aussi un moyen de lutter contre les ingalits.

      2. La BCE

      Comment dtermine-t-elle les montants ncessaires ?

      Chaque Etat soumet la Commission son projet de budget. Suite la crise, les diffrentes aides envisages par chaque pays fournissent une indication de l’enveloppe pour la BCE (les 750Mds d’, qu’il faudra peut-tre relever 1500 Mds). Comment se fait la rpartition entre les pays ? Je pense lors d’arbitrages au sein du Conseil des Gouverneurs (avec les oppositions rcurrentes du gouverneur de la Deutsche Bundesbank). A noter que les dcisions de la BCE n’ont pas besoin de l’unanimit, d’o sa remarquable capacit d’action.

      Quid des autres banques centrales ?

      Les mcanismes sont assez semblables :
      - Une assez forte indpendance de la banque centrale par rapport au pouvoir politique (au grans dam de Trump face la FED).
      - Le levier de la cration montaire, que seules les banques centrales peuvent utiliser (forme modernise de la planche billets).

      Effacement de toutes les dettes ?

      Ce n’est pas vident. Voyons d’abord qui sont les propritaires de ces dettes (c’est dire qui a prt de l’argent aux Etats). On en distingue 3 types :
      - Les particuliers, qui pargnent et achtent de la dette de leur pays, par exemple via des assurances-vies.
      - Les investisseurs institutionnels (les zinzins) : fonds de pensions, fonds spculatifs, Etats ayant trop de liquidits (pays du Golf, Chine...) et qui veulent les placer.
      - La banque centrale (BCE, FED, banque d’Angleterre...).

      - "Annuler" la dette des particuliers : a voudrait dire que leur pargne ne vaudrait plus rien. Les conomies de toute une vie partie en fume... Donc quasi inenvisageable !
      - "Annuler" la dette des zinzins : a quivaudrait dclarer le pays en faillite. Cest arriv lArgentine, elle a mis des annes daustrit pour sen sortir, avec des crises de la faim et des meutes meurtrires. Donc trs dangereux !
      - Reste la banque centrale.

      L’annulation de la dette est peut tre plus envisageable dans un ensemble ferm et homogne, comme la zone Euro. Tu peux regarder ma parabole en rponse la question de Dominique-Lui. Elle vaut ce qu’elle vaut...

      3. Les moyens de relancer l’conomie

      Tu voques ensuite des thmes de dveloppement de la future conomie : la rnovation nergtique des btiments, le rail, le frt, etc. comme tu dis, quel chantier ! (Je n’ai fait que l’effleurer la fin de cet article)
      Effectivement c’est un norme chantier. Ce qui me semble important ce serait dj de l’engager, de considrer que c’est possible et de ne pas se prcipiter (comme c’est craindre), dans la reconduction en l’tat de notre modle conomique actuel.

      .

    • Répondre à ce message (2644)
    • Merci Jean-Franois pour ces complments trs clairs mes interrogations. C’est en effet trs heureux que la BCE n’ait pas besoin de l’unanimit pour les prises de dcision.

    • Répondre à ce message (2645)



    Répondre au message 2639 du 25 avril, 12:16, par Christine


  • Mon petit cousin me semble un doux rveur...
    Je te dis a bien sr aprs avoir lu attentivement ton article.

    • Salut Colette,
      Je ne suis pas loin d’tre d’accord avec toi. Il est trs possible (probable ?) que dans 6 mois ou 1 an, tout sera redevenu comme avant.
      Et on continuera droit dans le mur, avec plus de pollution, plus de drglement climatique, plus de destruction de la biodiversit, plus de risques de pandmies, plus d’ingalits dans le monde et de pillage de l’Afrique, moins d’Europe et donc moins de dfenses face l’Amrique et la Chine...
      Mais comme je suis rveur ou plutt je pense que le pire n’est jamais sr, j’ai quand mme crit cet article.

    • Répondre à ce message (2642)



    Répondre au message 2641 du 25 avril, 23:56, par Colette


  • Merci pour cet expose, tres clair comme d’habitude.
    Je suis d’accord avec toi : la sortie de crise et la reprise economique vont nous donner l’occasion de repenser les outils habituels de relance economique, en nous efforcant de reduire notre consommation d’energies fossiles et en privilegiant les choix compatibles avec la transation ecologique. C’est le moment d’etre imaginatif et ambitieux, comme les Etats-Unis ont pu l’etre apres la deuxieme guerre avec le plan Marshall.
    Pierre



    Répondre au message 2643 du 26 avril, 11:36, par Pierre


  • Merci pour ce dossier trs clair et complet. Cependant je suis un peu tonne que dans "les secteurs de l’conomie relancer prioritairement " tu ne parles que trs brivement de la transition nergtique et uniquement dans la conclusion. Ne serait il pas le moment de sortir du bourbier du racteur EPR de Flamanville, vritable gouffre financier (la facture est passe de 3 plus de 12 milliards) et dont les nombreux dfauts en font un projet explosif . On pourrait enfin s’orienter vers une vritable transition nergtique domaine dans lequel la France a pris beaucoup de retard par rapport ses voisins europens. Qu’en penses tu ? Bien amicalement

    • Bonjour Franoise,
      Tu as tout fait raison d’insister sur la transition nergtique. Dans l’article j’ai mentionn les trois secteurs les plus proccupants pour cette transition : habitat, transports et entreprises. Mais je n’ai pas abord les modes de production de l’lectricit, qui te proccupent juste titre avec l’EPR de Flamanville. C’est le dilemme entre "lectricit nuclaire" ou "lectricit verte" (olien, solaire...), qui pose plein d’autres problmes dpassant le cadre de mon article : scurit du nuclaire et cot du dmantlement d’une part, intermittence de la production "verte" et cot du stockage d’autre part. On avait fait rcemment une soire de copains sur ce thme. Peut-tre un autre article ?

    • Répondre à ce message (2647)



    Répondre au message 2646 du 28 avril, 15:44, par Potevin Franoise


Ecrire un commentaire sur l'article

modération a priori

Votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site, mais il sera bien pris en compte.

Qui êtes-vous ?
Votre message

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Quand votre message est prêt, cliquez sur "Prévisualiser".
    Puis, si le message vous convient, cliquez sur "Message définitif, envoyer au site".