Accueil > Navigation > La Grce > Plein d’usages et raison > Le canal du Midi

Sommaire

Le canal du Midi Le canal du Midi

mercredi 7 septembre 2011 par Jean, Jean-Franois, Myriam

Il y a 10 messages en réponse à cet article.

Rsum du journal de bord

Pour les amateurs de prcisions, voici le droulement prcis (et d’ailleurs sans aucun intrt) de notre cheminement, entre l’tang de Thau et Toulouse. Par souci de simplicit, je n’ai compt qu’une cluse, mme quand elles sont regroupes en chelles.

- 24 juillet : Dpart de Frontignan, traverse mouvemente de l’tang de Thau (voir pisode prcdent), entre dans le canal aux Onglous, 8 km, 3 cluses, amarrage au port fluvial d’Agde.
- 25 juillet : 23 km, 3 cluses, amarrage avant l’cluse de Bziers
- 26 juillet : 55 km, 3 cluses dont l’chelle sextuple de Fonsranes, amarrage avant l’cluse d’Argens
- 27 juillet : 35 km, 10 cluses, amarrage avant l’cluse de Trbes
- 28 juillet : 13 km, 6 cluses, amarrage dans le port de Carcassonne

JPEG - 82.8 ko
Le port de Carcassonne


Mois d’aot : cueillette des framboises la montagne, arrachage des patates en Anjou, installation de cuisine en Ardche, visites diverses de copains.
- 30 aot : appareillage de Carcassonne, 25 km, 6 cluses, amarrage avant l’cluse de Bram.
- 31 aot : 16 km, 11 cluses, amarrage dans le port de Castelnaudary (cassoulet aux deux confits oblige).
Outre que la ville est charmante avec ses bassins et ses clochers en pierre, la capitaine est adorable, (et rousse ce qui fait fondre ces messieurs), sa capitainerie a toutes les qualits : des douches chaudes souhait, des toilettes ouvertes la nuit et un service de pain et croissants le matin.
- 1er septembre : 26 km, 11 cluses, amarrage avant l’cluse de Laval
- 2 septembre : 32 km, 6 cluses, amarrage au port Saint-Sauveur Toulouse.

De Carcassonne Toulouse

Bizarre impression de retrouver le bateau comme si on l’avait quitt la veille alors qu’un long temps s’est coul depuis notre dpart.

L’anniversaire de Jean tombe ce premier jour de la reprise. Sur une place de Carcassonne, une agrable terrasse offre un menu allchant. Les serveuses sont quelque peu dbordes par l’affluence mais nous sommes d’excellente humeur et ne rlons pas de faire la fermeture minuit.

Mardi matin, c’est reparti, belle journe chaude et ensoleille, on reprend le rythme : les quarts de navigation, chacun son poste l’arrive aux cluses... mais nous sommes considrablement plus reposs. Le capitaine est plus dtendu, les quipiers aussi et mme le flux des cluses est plus doux. Un clusier nous explique qu’on est arriv dans une rgion tranquille o personne n’est press.

JPEG - 157.8 ko
Bassinee dans l’ecluse ovale

On partage nos bassines avec des bateaux sympathiques, en particulier une vedette hollandaise tenue par des Rochellois qui passent leurs vacances entre la mer et les canaux ainsi qu’une improbable embarcation : coque de petit voilier, superstructures avec pare-brise et panneaux amovibles. Un grand chalas en sort, tel un diable hors de sa bote, il conduit dans l’cluse tandis que sa femme plutt ronde court terre tourner les amarres autour des bollards. Quand ils repartent, le Plican au ras de l’eau gte carrment droite, seul le chat de l’autre bord tente de faire contrepoids.

JPEG - 73.4 ko
Le Pelican

Toulouse


A Toulouse, le port Saint Sauveur est tenu par une Cerbre qui rgne sur la vie des bateaux : approvisionnement en eau (pas de lavage de pont), en gazole (pas une goutte dans le canal). Elle s’est radoucie, parat-il, depuis l’anne dernire. L’encore jeune moustachu qui la suit comme son ombre y serait pour quelque chose.

Le soir mme, rception bord. Nous accueillons Christian, le neveu et filleul de Jean-Franois, qui habite Toulouse. Echange de nouvelles autour d’une bouteille de champagne et d’une blanquette de veau.

Le lendemain, nous nous faisons une joie de revoir Serge, Elodie et Amlie. Serge, le fils de Jean vient nous chercher au port et nous emmne Colomiers o nous dcouvrons la maison qu’ils viennent d’acheter. Certes il y aura des travaux faire mais elle est dj trs agrable avec sa vranda, son jardin et sa piscine o nous prenons plusieurs bains.

JPEG - 110.6 ko
Papy donne la becquee

Amlie a bien grandi depuis l’anne dernire, elle n’a plus mal au ventre et ne pleure pas. Elle est trs veille , adore l’eau de sa petite piscine, jusqu’ la boire grandes lampes, et a un solide apptit avec un got prononc pour les framboises. Non loin de la maison, un parc offre sa mare aux canards et ses jeux pour enfants. Tout semble concourir une vie plus tranquille pour les parents qui se sont rapprochs de leur lieu de travail et ont trouv une nounou qui leur convient.

JPEG - 118.5 ko
Aperitif dans le jardin

Merci Serge et Elodie pour leur hospitalit et encore un toast leur nouvelle vie Colomiers. Quant nous, oiseaux de passage, nous reprenons notre aquatique et rejoignons le canal latral la Garonne.

La vie de canal par Mimi

Au vu des photos et de la description du canal, j’avais vraiment envie de les dcouvrir et je ne suis pas due. Le ruban d’eau se droule entre les vertes votes des platanes. Les maisons d’clusier offrent la vue feuillages, fleurs ou fruits.
Monotone ? Pas vraiment. Le canal fait des mandres, enjambe une rivire sur un pont-canal, passe dans un tunnel. Les platanes de la rive font place des pins-parasol ou mme des ifs noirs. Les cluses talent leur bel ovale de pierre, certaines solitaires, d’autres par chelles de 5 ou 6.

JPEG - 106.6 ko
Bordure de pins parasol

Mais ce qui est le plus remarquable, c’est le calme qui rgne ds qu’on aborde ces eaux, la vitesse ne dpasse pas 8 kilomtres-heure et les embouteillages y sont inconnus. Loin des villes, pas de zone industrielle ni d’hypermarch, seuls des villages de campagne proposent leur petite picerie. Le long du canal, toutes sortes de gens cheminent : des pcheurs avec leurs gaules, des randonneurs vlo, des promeneurs solitaires et on y verrait bien aussi Œdipe sur la Route.

Les humains aussi sont tranquilles : des semi-marginaux pchant sur des canots bricols y croisent des gentlemen sur pnichette anglaise fleurie et… des bobos passant avec leur voilier dmt. On se prend s’imaginer vivre l’abri des platanes tricentenaires sans infos pour ressasser la crise internationale, en harmonie avec les gens et la nature.

Organisation des quarts

(suite diverses revendications et dans un esprit d’quit)

C’est d’une simplicit biblique
- Art 1 : la dure d’un quart la barre est d’une demi-heure, si possible aux heures rondes, mais sous rserve des articles suivants.
- Art 2 : Si le passage de l’cluse est fait par l’homme (ou la femme) de quart, le temps est compt dans son quart. Si le passage est fait par le chef de bord, le temps n’est pas compt dans son quart (sauf, bien sr, si le quart est celui du chef de bord).
- Art 3 : toute cluse commence par un quart est finie par le mme dit quart, mme si le temps total du quart excde la demi-heure rglementaire. Dans le sens avalant, aprs la sortie de l’cluse le quart se prolonge jusqu’au passage du dversoir.
- Art 4 : le quart est tenu de dposer un quipier avant l’cluse (pour prvenir l’clusier ou dclencher l’automatisme), et de le…. rcuprer la sortie de l’cluse.
- Art 5 : les articles prcdents peuvent tre modifis la majorit qualifie de l’quipage. La modification doit tre consigne sous forme crite par le bosco et contresigne par tous les membres de l’quipage.

Un peu de technique

Passage d’une cluse en sens montant

JPEG - 103.4 ko
Dans l’ecluse en montant


- Le barreur dpose un quipier sur le ponton d’attente en aval de l’cluse.
- L’quipier va prvenir l’clusier ou dclencher l’automatisme.
- Dans ce sens (montant) on s’arrange pour tre en arrire de l’cluse. Il faut donc ventuellement laisser passer un ou deux bateaux moteur, et s’amarrer derrire eux. Attendre qu’ils se soient bien amarrs pour s’approcher, les manœuvres des bateaux de location pouvant tre un peu erratiques, surtout au mois d’aot…). Les remous sont nettement moins violents en arrire de l’cluse, les bateaux moteur, avec leur faible tirant d’eau, ne sont pas gns par ces remous et courants traversiers en tte d’cluse.
- Les quipiers rests bord lancent les amarres celui dpos terre, qui les repasse en double.
- Le barreur s’assure de la bonne position longitudinale du bateau : pas trop en avant, au risque de bugner le mt sur le bateau devant lui, pas trop en arrire, au risque de coincer l’arrire du mt sous la passerelle de la porte d’cluse, ou de bugner le safran dans le radier.
- Les portes arrires se ferment, les vannes des portes avant s’ouvrent et a commence danser srieusement, il faut tenir les aussires bien raides pour que l’trave ou le cul du bateau ne commencent pas s’carter du quai. Avec les courants traversiers, a peut-tre difficilement rattrapable, au risque de taper le mt sur le quai, l’avant ou l’arrire (d’o l’intrt d’avoir dmont l’tai et l’enrouleur pour les reculer plus que le pied de mt, et d’avoir protg par un seau la tte de mt et son feu de navigation, l’antenne VHF tant galement dmonte).
- L’cluse remplie, les portes avant s’ouvrent, on laisse partir les bateaux moteur, et vogue la galre sur le nouveau bief !

Passage d’une cluse en sens avalant

JPEG - 140.3 ko
Ecluse automatique


- Le barreur dpose un quipier sur le ponton d’attente en amont de l’cluse (sur le canal latral la Garonne, ce n’est pas ncessaire, il suffit de tourner la bistouquette qui pendouille en amont de l’cluse)
- L’quipier va prvenir l’clusier ou dclenche l’automatisme.
- On entre dans l’cluse et, de prfrence, le barreur place le bateau prs de la porte aval.
- On porte les amarres en double (dans l’cluse de la gare de Matabiau, utiliser les bollards flottants, compte tenu de la grande hauteur de l’cluse)
-  Les portes arrires se ferment, il suffit de mollir doucement les amarres, tout se passe en douceur.
-  Les portes avant s’ouvrent, on sort en faisant attention ne pas se faire dpaler par le dversoir, avec son courant traversier.

Dfense et illustration du mtier d’clusier.

JPEG - 148.4 ko
Maison d’eclusier

Sens montant.
Jeudi 9 septembre, midi et demi passs, on s’amarre au ponton d’attente pour un repas bien mrit. Entre la poire et le fromage, Jean s’crie : qu’est-ce qui se passe, le chemin de halage est devenu un torrent de boue ! Le niveau d’eau monte, on dplace le bateau qui menace de monter sur le ponton et on va aux nouvelles l’cluse toute proche.
la vacataire de l’cluse situe plus en amont est partie djeuner en laissant une vanne grande ouverte, nous dit l’clusier
Le niveau dans le bief a mont, envahissant l’cluse et noyant tous les contacts lectriques, tout a disjonct !
Heureusement, les manivelles de commande des vannes ont t gardes (contre l’avis des ingnieurs !), les clusiers moulinent pour rtablir les niveaux corrects dans les biefs. Mais il va falloir attendre qu’un technicien assche les contacts pour remettre en route les moteurs de portes ; il n’y a plus de manivelles pour manœuvrer les portes, il faudrait les tirer au palan…).
Un heure plus tard, tout est remis en ordre, les portes s’ouvrent, on passe. L’histoire ne dit pas si la vacataire a t titularise…

Sens avalant.
Vendredi 10 septembre, on aborde notre deuxime cluse automatise du canal du midi. Procdure habituelle, Jean dbarque pour aller enclencher l’automatisme. Il voit les deux bateaux qui nous prcdaient sortir de l’cluse et appuie comme prvu sur le bouton marqu Toulouse , c’est notre destination. Rien ne se passe. Les voyants de la borne continuent de clignoter, la squence fermeture des portes aval et remplissage de l’cluse, pour ouvrir les portes amonts est bloque.
Heureusement, un bouton espcial permet d’appeler un clusier de garde, il va venir nous dpanner. Dix minutes aprs il arrive, ferme manuellement les portes aval et renclenche la squence.
Que s’est-il pass ? Deux bateaux nous avaient donc prcd dans l’cluse, un gros et un tout petit. Le radar d’entre avait bien dtect les deux bateaux, mais le radar de sortie n’avait dtect que le plus gros. Pour l’informatique, il restait donc encore un bateau dans l’cluse, d’o le blocage de la squence !

Pourquoi ne pas augmenter le sensibilit des radars ? Me direz-vous. Parce qu’alors ils dtectent le passage des canards, lesquels ne sont pourtant pas autoriss passer les cluses !

La morale de ces histoires ?
- Mfiez-vous des vacataires (vous remarquerez que j’emploie le pluriel, pour ne pas prendre de risques vis vis du genre…)
- Mfiez vous des ingnieurs, quand ils veulent supprimer les manivelles qui marchent trs bien…
- Mfiez-vous de l’informatique et des radars, qui ne savent pas faire la diffrence entre les petits bateaux et les gros canards (dans le sud-ouest, un comble !).

Voir le diaporama

Galerie

  • Un coin tranquille
  • Pont de pierre
  • Pont-canal
  • Une bordure de cypres
  • Echelle d'ecluses
  • Equipier a l'aussiere arriere
  • Le moulin de l'ecluse
  • Le seuil de Naurouse
  • Entree dans l'ecluse en sens avalant
  • En arrivant a Toulouse
  • Amelie
  • Mon premier va au marche
  • Amelie et Elodie
  • Amelie et Serge
  • Rois faineants
  • Pont canal sur le Tarn

Messages

Ecrire un commentaire sur l'article

modération a priori

Votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site, mais il sera bien pris en compte.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Quand votre message est prêt, cliquez sur "Prévisualiser".
    Puis, si le message vous convient, cliquez sur "Message définitif, envoyer au site".