Accueil > Navigation > La Grce > Pnlope tait du voyage > Delphes

Sommaire

Delphes Delphes

17 et 18 octobre

vendredi 29 octobre 2010 par Jacqueline, Jean, Jean-Franois, Myriam

Il y a 1 message en réponse à cet article.

Ne voulant pas paraphraser ni les multiples guides qui dcrivent le site ni l’admirable description qu’en fait Lacarrire, nous avons pris le parti d’crire, chacun selon son style, un ou plusieurs texte(s) voquant une impression subjective, qui n’engage que son auteur.
A vous de deviner qui a crit quoi et de ragir avec votre propre subjectivit !

Le site

Depuis le sanctuaire d’Apollon, le regard se lve d’abord sur la grande falaise des Phdraides qui semble toucher le ciel, les cieux, les dieux (?). Il redescend ensuite vers le bas, vers l’immense valle verdoyante de Pleistos avec ses milliers d’oliviers centenaires, si bien dcrits par Lacarrire. Il atteint enfin la mer avec la baie d’Ita et au loin, le golfe de Corinthe.

JPEG - 106.8 ko

Rien ne l’arrte, depuis le sommet de la montagne jusqu’aux flots bleus : pas une construction, pas une trace humaine. Le ciel, la terre, la mer : les trois lments en un seul coup d’œil .
Et l’on se sent transport hors du temps ou plutt au commencement du monde. Rien d’tonnant que les Anciens aient pens que Delphes en tait le nombril !

Tristesse des ruines

JPEG - 115 ko
Le temple d’Apollon

Tristesse immense des ruines sous un ciel pluvieux.
Triste sort des Grecs, autrefois glorieux, maintenant tenanciers de boutiques souvenirs. Aujourd’hui les Grecs sont l’honntet, la gentillesse et la discrtion mme. Pousss par l’obligation de se dvelopper, deviendront-ils pres au gain, grincheux et gostes ?

Le trsor des Athniens

En cet automne pluvieux de –648, Sarkonycos tait d’une humeur massacrante. Depuis qu’il avait accept de prsider au gouvernement de la cit, les affaires d’Athnes allaient de mal en pis : avec la crise, le peuple n’avait plus foi en l’avenir. Faut dire qu’avec cette manie de dcompter les annes l’envers, on avait l’impression d’avancer reculons, ce qui n’est jamais bon pour le moral.
Et cette dmocratie, c’tait d’un lourd grer ! Pas moyen de faire accepter la plus petite rforme, c’taient des palabres sans fins sur l’Agora. Les coles de rhtorique, elles, au moins, elles fonctionnaient plein ! Enfin, heureusement, les esclaves n’avaient pas encore obtenu le droit de grve !
De cette dmocratie, il en avait parl un vieux sage de la cit, Churcyllis, qui avait sembl d’accord avec lui :
-  C’est le pire des rgimes !
Avant d’ajouter aussitt :
-  A l’exception de tous les autres !
Tu parles d’une rponse. On dirait un oracle de la Pithie.

A propos de Pythie, se dit Sarkonykos, et si j’allais la voir ? a n’engage rien, et a pourrait me faire bien voir… Je vais aller faire un petit tour Delphes.

Aussitt dit, aussitt fait. Compte tenu de l’tat des chemins, il commanda une trirme de fonction. Jusqu’ Isthmia, le voyage fut tranquille. L, il fallut continuer pied jusqu’ Corinthos ( On devrait creuser un canal, pensa Sarkonykos : avec deux ou trois mille esclaves, a ne coterait pas cher, et rien de tel qu’un grand projet structurant pour faire taire les mcontents…).
Mais aprs Corinthos, quelle galre : une mer croise pouvantable, des rameurs qui ralaient au moindre vent contraire… Aprs avoir dbarqu Itha, le dbut du chemin vers Delphes ft d’abord sympa, dans la valle couverte d’oliviers. Mais ensuite, a grimpe, a grimpe, on voit bien le temple d’Apollon, tout en haut, mais a n’en finit pas…

Et arriv Delphes, il lui fallut attendre cinq jours pour obtenir un rendez-vous avec la Pithie, les grands prtres prenant un malin plaisir multiplier les obstacles administratifs !

Enfin il obtint cette rencontre. Compltement hystrique, la Pithie commena par lui dverser un tombereau d’obscnits, franchement inracontables, avant de lui dvoiler son oracle :
La dmocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas !

JPEG - 78.5 ko
Vaisselle prcieuse !!!


Aprs quoi elle ajouta :
Dites-donc, les athniens, vous ne seriez pas un peu pingres, avec les dieux ? La plus grande ville du monde ! Question trsor, vous pourriez quand mme faire mieux que les Cphaloniens ou que les Marseillais ! D’autant qu’il me reste un excellent emplacement construire, juste en dessous du temple .

Et bien me voil frais, pensa Sarkonykos. Va falloir que je garde cette foutue dmocratie, et en plus va falloir trouver de nouveaux financements pour le trsor : des effigies en or, des statuettes en ivoire…

JPEG - 194.9 ko
Le trsor des Athniens

Sans compter le btiment, avec les nouvelles normes anti-sismiques…

Et pourtant, ainsi fut fait.
Et c’est ainsi que le trsor des Athniens rsista tous les tremblements de terre et que, grce la Pythie, la dmocratie perdura Athnes, au point de servir encore de phare, plusieurs dizaines de sicles plus tard, toute la civilisation occidentale !

Delphes apollonien : Une victoire du masculin sur le fminin ?

JPEG - 74.1 ko
Fminin...

Les sanctuaires archaques taient consacrs des divinits chtoniennes fminines aussi bien que masculines. Les hommes cherchaient se concilier les forces de la nature qu’ils ne comprenaient pas.

Pour cela, ils usaient de magie et de divination. En tmoigne cette Pythie en transe au dessus de la bouche soufflant travers le rocher.

Mais au sixime sicle le culte d’Apollon et de la lumire chasse les tnbres et le masculin rationnel l’emporte sur le fminin intuitif.

JPEG - 87.7 ko
Masculin...

Apollon terrasse le serpent Python, et la Sibille est svrement encadre par les prtres.

La femme est renvoye son foyer et les mles, dirigeants, guerriers ou philosophes rgnent en matres sur l’espace public, systmatisant les relations masculines et relguant la femme au rang de reproductrice.

Heureusement restent Dionysos et Pan, les nymphes et les Satyres.

En remontant le temps

La visite de Delphes m’a fait doublement remonter le temps : 2500 ans pour l’poque de la splendeur du site et 41 ans pour ma premire visite sur ces lieux en 1969. J’apprhendais un peu la confrontation avec mon impression d’alors.

JPEG - 204.4 ko
Le sanctuaire d’Athna

J’avais 22 ans l’poque. Il m’en tait rest un souvenir bloui : sous un soleil de plomb, le cadre naturel grandiose, les ruines vocatrices de la puissance de la Grce antique. C’est tout juste si je n’avais pas vu des Grecs en tunique arpenter les alles dalles, participer des crmonies pleines de mystres, s’affronter dans le stade et assister aux spectacles donns au thtre.

Le choc a t moins fort cette fois-ci, est-ce l’ge, est-ce le temps maussade ? Cependant j’ai quand mme ressenti la charge exprime par ces vieilles pierres : la volont politique d’difier le sanctuaire, le travail des btisseurs ajustant les pierres au millimtre prs, et tout un systme bien rod o interagissaient religion, prtres, gouvernants et gouverns.


Messages

Ecrire un commentaire sur l'article

modération a priori

Votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site, mais il sera bien pris en compte.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Quand votre message est prêt, cliquez sur "Prévisualiser".
    Puis, si le message vous convient, cliquez sur "Message définitif, envoyer au site".