Accueil > ... > Forum 2417

La Préhistoire

15 décembre 2014, 13:11, par Jean-François (message 2417)

Salut Pierre,
Voici quelques éléments, reprenant d’ailleurs en partie ma réponse à Dominique.

Au mésolithique (donc avant le néolithique), on peut dire les choses suivantes :
- La violence existe déjà, ainsi qu’en attestent ces deux types de vestiges : des armes (haches, massues, flèches...), des squelettes portant des traces de coups mortels. La violence n’est donc pas une création du néolithique.
- Les hommes sont des chasseurs cueilleurs, a priori ils trouvent et consomment leurs subsistances au fur et à mesure de leurs besoins. On peut raisonnablement penser qu’ils se battent (entre autres) pour récupérer une cuisse de mammouth (le mammouth commence à être rare) ou une poignée de framboises (sauvages !).
- A ma connaissance, on n’a pas trouvé à cette époque de vestiges correspondant à des murs ou enceintes de défense.

Pour affiner ma réponse, je viens par exemple de trouver cette citation de Jean Guilaine, archéologue :
Conflits mésolithiques : des traces de violence sont attestées à travers de sujets blessés par flèches ou ayant subi des traumatismes divers... Ces affrontements ont été expliqués par la compétition entre communautés désireuses de s’approprier des territoires riches en ressources alimentaires diversifiées...

Au néolithique :
- Les hommes sont devenus des agriculteurs-éleveurs. Donc a priori ils stockent leurs subsistances : céréales, troupeaux.
- On a des vestiges de murs et enceintes de défense.
- On a des vestiges (sépultures) attestant les différences de richesses.

Autre citation de Jean Guilaine :
Au néolithique : l’avènement de l’économie agricole est souvent considérée comme source potentielle de conflits : ... richesses alimentaires convoitées (production agricole et troupeaux)... montée progressive des inégalités sociales...

Je conclus donc de tout ça :
- Le néolithique n’a pas créé la violence mais, avec l’agriculture, les possibilités de stockage et probablement les différences de richesses, il a crée un forme de violence supplémentaire : l’attaque de lieux (disposant donc de nouvelles défenses) pour y récupérer des biens.
- Dans un raccourci saisissant et pour paraphraser Proudhon, je ne dirai donc pas « La propriété, c’est le vol » mais « Au néolithique, la propriété a créé le vol ».
Je sens que je vais m’attirer des ennuis auprès de la Ligue de Réhabilitation du Néolithique...
JF

Répondre à ce message

modération a priori

Votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site, mais il sera bien pris en compte.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Quand votre message est prt, cliquez sur "Prvisualiser".
    Puis, si le message vous convient, cliquez sur "Message dfinitif, envoyer au site".