Accueil > Politique > France > La soirée des Dupes

Sommaire

La soirée des Dupes La soirée des Dupes

lundi 26 mai 2014 par Jean-François

Il y a 9 messages en réponse à cet article.

Novembre 1630. Depuis des mois le parti des dévots a su rassembler une opposition hétéroclite. Le Roi, c’est à dire l’Etat, est hésitant et malade. Le 10 il semble accepter la victoire du parti. Tous les courtisans volent au secours de cette victoire. Et puis... le 11, coup de théâtre, il rappelle Richelieu, sauvant ainsi l’honneur politique du pays. Ce fut la journée des Dupes. Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve. Ce dont je suis sûr, c’est qu’on essaie de nous faire prendre des vessies pour des lanternes !

Détournement d’élections

On connaît malheureusement des détournements d’avions, on vient de vivre un détournement d’élection !
Je ne sais pas si vous saviez, mais on votait hier pour élire le Parlement européen. Pas pour adouber un parti français, pas pour sanctionner ou non le gouvernement... Non, pour élire un Parlement et peut-être, excusez du peu, pour désigner le président de la Commission, qui met en oeuvre la politique économique, sociale, culturelle... de 500 millions de citoyens !

Pfuitt, oublié cet enjeu. A nous du dramatique, du sensationnel, de l’instantané... C’était consternant de voir Pujadas, dès qu’un invité voulait parler d’Europe, le ramener bien vite vers du simple, du compréhensible, de l’habituel. C’est qu’on aurait peut-être été capables de comprendre, ça nous aurait peut être intéressés, malgré la belle discrétion pédagogique des partis et des médias ?

Certains ont quand même réussi à placer quelques mots sur l’Europe et sur ce qui se jouait : J. Bové et J.M. Cavada : deux députés européens, pas du même bord mais capables d’avancer un raisonnement. Egalement L. Ferry, L. Parisot, H. Védrine, A. Juppé...
Qui a pu en retenir quelque chose, noyé sous la logorrhée du FN ?
C’est tellement plus simple et plus rentable d’asséner des « évidences », même quand elles sont fausses. Tellement plus fatigant d’expliquer. M. Barnier vient d’écrire un livre dont le titre me sied déjà : Se reposer ou être libre.

Le premier parti de France ?

Vous le connaissez bien sur, c’est celui des abstentionnistes, même si le FN n’est pas trop mal placé non plus. Ils ont l’un et l’autre bénéficié de raisons objectives, et qui certes ne sont pas négligeables :

  • Le rejet de la politique du gouvernement (je pourrais l’analyser, mais c’est un autre sujet). Copé s’en est emparé, espérant y trouver sa planche de salut. Juppé l’a évoqué, mais ça sentait les "éléments de langage", comme on dit maintenant.
  • La crise, bien sûr, et l’incapacité (réelle ou perçue) des partis de gouvernement d’y apporter des solutions qui marchent.
  • L’absence de ces partis dans le débat européen, tout au long de cette campagne (mais y-a-t-il eu une campagne ?) ; englués qu’ils sont dans leurs dissensions internes (sans oublier les problèmes judiciaires qui menacent l’UMP).
  • Les excès et plus encore les insuffisances de la construction européenne, arrêtée au milieu du gué, hésitante entre une Union des Nations impossible à 28, et un fédéralisme dont les peuples ne veulent pas.
  • Les simplismes et la démagogie du FN, qui feint de croire qu’en sortant de l’Europe la France résoudra ses problèmes et retrouvera une souveraineté. Toute seule ? En pesant 1% de la puissance mondiale ?

Toutes ces raisons, et d’autres sans doute, ont poussé bon nombre d’électeurs à s’abstenir ou à voter FN. Pour autant, ces raisons marquent-elles un vote d’adhésion à ses thèses ? A l’évidence non, et c’est une supercherie de plus de s’autoproclamer premier parti de France. D’ailleurs certains commentateurs commençaient ce matin à analyser cette supercherie, chiffres à l’appui : faut-il rappeler que le FN a certes attiré hier 4,6 millions de votants, mais c’est 1,6 millions de moins qu’à la dernière présidentielle ?.

Non ce n’est pas un séisme (ou un tsunami, un big-bang, un raz de marée, un cataclysme... rayer la mention inutile). Il n’en reste pas moins que c’est grave :

  • Sans doute la France ne se retrouve pas aujourd’hui plus raciste ou xénophobe ou antisémite qu’elle n’était hier. Par contre cette montée apparente du FN va libérer plus encore la parole des racistes, des xénophobes, des antisémites... et ça c’est dangereux.
  • C’est quand même la honte d’être le pays d’Europe qui va envoyer à Strasbourg le plus fort contingent de députés europhobes, un parti perçu comme infréquentable par la plupart des autres partis.
  • Quelle image donnons-nous à l’étranger, quand on voit que la "victoire" du FN y fait la Une de tous les médias ?

Et maintenant en France ?

Non, il n’y a pas de crise institutionnelle et le gouvernement va continuer sa politique. Comment pourrait-il faire autrement, alors même qu’il vient tout juste de changer son orientation en assumant sa sociale-démocratie ?
La droite en est consciente et sait qu’au fond elle ne ferait pas une politique radicalement différente : un peu plus de pression sur la protection sociale, une acceptation plus marquée des contraintes d’équilibre budgétaire. Au fond elle n’est peut-être pas mécontente que la gauche fasse le « sale boulot » des réformes nécessaires.
A court terme, l’épine dans le pied du PS, c’est son aile gauche, qui demande déjà des comptes à Hollande et veut un retournement de politique (j’avais écrit "comte"... A moi comte, deux mots !). Seigneur, gardez-moi de mes amis...(quant à mes ennemis, je m’en charge).

Mais, le vrai problème est plus profond. A la question : quel parti vous semble en capacité de résoudre les problèmes de chômage, de salaires de sécurité... la grande majorité des Français (60%) répond : aucun. Et chaque parti, y compris l’UMP, le PS, le FN... grapille tout au plus 6 à 8% d’opinion positive pour résoudre ces problèmes.
Voila la difficulté démocratique majeure. J’y reviendrai peut-être plus tard, d’autant que j’ai entendu hier quelques idées nouvelles énoncées par H. Védrine, reprises ce matin sous une autre forme par B. Guetta, Danny le vert, M. Barnier.

Et maintenant l’Europe ?

C’est le scénario le plus redouté qui vient d’arriver : le PPE et le PPS en perte de vitesse, de même que les centristes et les verts. De sorte qu’aucune coalition "naturelle" n’est suffisante pour avoir la majorité au Parlement (PPE + centristes, + éventuellement verts) ou (PPS + verts + éventuellement centristes).
Reste la possibilité d’une "grande coalition" (PPE + PPS + ...) mais avec quel candidat à la présidence de la Commission ? Avec quelle légitimité démocratique ?
La tentation va être grande pour le Conseil européen (qui n’attendait que ça) de désigner un président de circonstance, pas trop encombrant, aussi docile que pouvait l’être Barroso. Peut-être J.C. Juncker, afin d’éviter une éventuelle révolte du Parlement. D’autres noms circulent (M. Barnier, C. Lagarde, ...) qui ne sont pas insignifiants.
L’un d’eux (ou d’elles) se révélera-t-il Jean XXIII, pape de transition élu pour ne pas faire de vagues, et qui a bouleversé l’église ?

Un autre phénomène doit retenir l’attention à la suite de ces élections : c’est la montée dans presque tous les pays européens des partis franchement europhobes, d’extrême droite voire ouvertement nazis : En Grèce avec "Aube dorée" bien sûr, mais aussi au Royaume Uni avec Ukip, en Autriche, au Danemark, en Pologne, en Hongrie...
Je défends l’idée que le FN en France a bénéficié de circonstances particulières et qu’il n’y a pas d’adhésion à ses thèses. Ce n’est pas vrai dans plusieurs des pays cités qui ne connaissent ni la crise ni le chômage. Le cas du Royaume-Uni me paraît à cet égard particulièrement inquiétant.

Décidément le Conseil européen, faute d’avoir voulu redonner un élan à l’Europe, faute d’avoir accepté le jeu de la démocratie (pourtant amorcé à Lisbonne) porte une bien lourde responsabilité.


Messages

  • Merci pour cette info qui m’avait échappé :

    faut-il rappeler que le FN a certes attiré hier 4,6 millions de votants, mais c’est 1,6 millions de moins qu’à la dernière présidentielle ?.

    Ceci dit, je pense que les abstentionnistes (premier parti de France) ont la même très basse estime de nos politiciens que les électeurs du FN (premier parti dans les urnes).



    Répondre au message 2241 du 26 mai 2014, 18:26, par mellon


  • Il est vrai que l’absention represente le vrai premier parti de France, ce qui relativise les resultats de ces elections. Tu fais bien de rappeler qu’ en valeur absolue, il y a eu moins de personnes votant FN lors de ces europeennes que lors de dernieres elections presidentielles.
    L’un des grands dangers maintenant, c’est que les partis extremistes, le FN en France et l’UKIP en GB, parviennent comme tu le dis a rendre plus acceptables, plus normales les paroles racistes, xenophobes... et aussi que les partis traditionnels n’aient aussi la tentation de donner dans le populisme plutot que de debattre sereinement et raisonnablement des problemes actuels.

    • Tout a fait d’accord, et ça m’énerve un peu d’entendre des journalistes commenter sans prendre le temps d’approfondir. Ça peut se comprendre à chaud, mais ensuite... A l’inverse (mais c’est sur France Inter à 07h45 et seulement en semaine) je te recommande la chronique de Thomas Legrand, souvent décalée et ouvrant des perspectives inattendues.

      Quant au risque de dérive que tu soulignes pour les partis traditionnels, elle me semble réelle mais limitée à une partie de l’extrême gauche et à l’aile droitière de l’UMP ; les "raisonnables" de la droite ont autant à craindre du populisme que la partie du PS actuellement au pouvoir. Je me demande si l’éjection rapide de Copé (qui n’a jamais été clair sur ces dérives de son parti) n’est pas aussi due (pas seulement !) à cette divergence politique.

    • Répondre à ce message (2248)



    Répondre au message 2242 du 26 mai 2014, 20:46, par Pierre


  • Merci pour cette analyse à la fois juste et quelque peu réconfortante....



    Répondre au message 2243 du 26 mai 2014, 21:09, par mellon


  • Merci Jean-François ! 24,85% de 57% d’exprimés, cela ne fait pas 25% des français qui votent FN , je m’embrouille avec ma calculette, mais cela doit être au tour de 11%... et non ce que nous martèlent les media. Quelques voix plus intelligentes commencent à se faire entendre...mais le danger, c’est bien de donner une légitimité au FN, de décomplexer la parole xénophone...
    Je suis d’accord avec toi, Hollande n’a pas a dissoudre ni le gvnt a démissionner !!!
    Mais jusqu’où va ton analogie avec la journée des dupes ? le Roi (le peuple en république), fait mine de donner raison au parti cagot (vous voyez qui) et rappelle Richelieu (Juppé ?)

    • Je suis d’accord avec ta calculette (la mienne me dit 10,7% !). Bien sûr c’est un calcul contestable : certains abstentionnistes auraient peut-être voté FN s’ils avaient voté. Mais avec des SI...

      Quant à mon analogie, je ne l’avais pas poussée trop loin, en voyant bien les limites. On pourrait dire aussi que Hollande (Louis XIII), toujours réticent à trancher, aurait longtemps hésité entre les dévots (soutenus par sa mère - je veux parler de Marie de Médicis) et son ministre (Richelieu - Vals) et l’aurait finalement conforté. Tu vois que c’est un peu tiré par les cheveux. En fait c’est plutôt le mot "Dupes" qui m’amusait dans le titre.

    • Répondre à ce message (2249)



    Répondre au message 2245 du 27 mai 2014, 08:27, par mimi


  • Je suis d’accord sur toute ton analyse, très claire, comme toujours, cependant je reviendrai sur un point dont personne ne parle, c’est le premier parti de France. On décortique, on s’envoie des noms d’oiseaux à propos d’un vote qui ne concerne que 43% des électeurs.
    Les 57% qui restent sans voix, on les passe sous silence. Normal, ils ont été discrets, pas de remue ménage. N’ont-ils pas pour autant une part de responsabilité dans le résultat des urnes ?
    Comme je l’ai dit dans ma chronique, c’est la honte pour le chef d’état et le premier ministre d’aller à l’Etranger, de faire face aux railleries qu’on soupçonne, avec un tel résultat.
    Il est facile de résumer la situation en admettant que les instances européennes paraissent lointaines aux Français.Pourquoi paraissent-elles lointaines aux Français ? Depuis l’après-guerre et 1957 concrètement, ils ont eu le temps de suivre.La France est dans la construction de L’Europe depuis le début. Il en résulte que si telle est la raison de l’abstention, c’est que l’info est mal faite. Comment y remédier ? A l’école, je n’en entends jamais parler ; ce pourrait être un début ce serait plus utile que de faire apprendre par coeur des statistiques à peine expliquées.
    Le rejet du non à la constitution et faire comme si on avait voté oui, a pu en décevoir certains. A quoi bon puisque on ne tient pas compte des résultats ? Faire un referendum et prendre le contraire des votes, il faut oser. Les non auraient dû entrainer des modifications. Il fallait écouter les motifs du refus. Dire non à la constitution, ce n’est pas dire non à l’Europe mais non à cette Europe-là. Fabius y a fait allusion dimanche soir et Pujadas qui pensait le coincer en lui rappelant qu’il avait incité à voter non, en a été pour ses frais dans la réponse.
    Moralité : Il faut admettre que la politique est un panier de crabes, elle l’a toujours été. L’axiome posé, il faut écouter celui qui raisonne le mieux.
    Une autre leçon, c’était bien de changer de têtes avec ce nouveau gouvernement mais trop novice ne fait pas l’affaire non plus.

    • Salut Elisabeth,
      D’accord avec ta remarque sur l’importance de l’abstention. Quand j’essaie d’analyser les motivations lors du vote, je me dis qu’elles ont pu conduire aussi bien à l’abstention qu’au vote FN ; c’est d’ailleurs ce qui m’amène à relativiser ce score : rejet de la politique actuelle plus qu’adhésion à ses thèses.
      Manque d’information sur l’Europe, ses institutions, ses acquis... Tu as malheureusement raison : Qu’est ce qu’on peut faire j’sais pas quoi faire. Ce ne sont pourtant pas les émissions sur l’Europe qui manquent, tant à France-Inter qu’à France-Culture. Mais pas grand chose sur les médias TV, pas de débats... Comment changer ça ? Sauf à s’engager en politique on ne dispose que d’un maigre bulletin de vote. C’est même le grand paradoxe (et le miracle !) de la démocratie : comment se fait-il qu’un citoyen aille voter, sachant que « sa » voix n’a aucune chance statistique d’influer sur le résultat d’un vote !
      Et pourtant je reste un incorrigible optimiste : je pense toujours que « l’affaire des sciences de la cité » est importante et que, dans le panier, il n’y a pas que des crabes ! (d’autant que ces temps-ci ils ont tendance à se bouffer entre eux).

    • Répondre à ce message (2251)



    Répondre au message 2246 du 27 mai 2014, 10:51, par elisabeth Slamani


Ecrire un commentaire sur l'article

modération a priori

Votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site, mais il sera bien pris en compte.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Quand votre message est prêt, cliquez sur "Prévisualiser".
    Puis, si le message vous convient, cliquez sur "Message définitif, envoyer au site".