Accueil > Navigation > La Grèce > Plein d’usages et raison > De la Corse au continent

Sommaire

De la Corse au continent De la Corse au continent

lundi 18 juillet 2011 par Jacqueline, Jean, Jean-François, Myriam

Il y a 5 messages en réponse à cet article.

Navigation (de Porto-Vecchio à Taverna)

Porto Vecchio

JPEG - 115.9 ko
Tour genoise

La marina est située tout au fond de la baie, après une bouée de bifurcation.
La vieille ville domine le port, rude montée pour rejoindre les remparts et profiter des ruelles et belles places ombragées, visiter les deux églises qui se jouxtent, flâner...

Jacqueline fait la connaissance d’un couple de bretons (Christine et André), avec qui on se découvre bien des points communs :
- Depuis deux ans ils font un long périple sur Ysca, un peu comme nous. Partis pour les Antilles et, suite à des ennuis de pilote, ils ont fait le tour du Portugal et de l’Espagne. et apprécient depuis le cabotage.
- Cette année, après un hivernage à Alicante, ils ont rejoint les Baléares et la Corse.
- Et comme nous, face au fort vent de nord-ouest, ils ont décidé de remonter la Corse par la côte est.

On leur donne quelques tuyaux sur les ports italiens (ils remontent via Elbe et la riviera Italienne) et on se promet de se retrouver dans l’un des prochains ports corses.


Solenzara

JPEG - 97.9 ko

Petite étape tranquille, vent portant, mer plate, moteur pour améliorer un peu la vitesse...
Comme prévu, on se retrouve avec l’équipage d’Ysca. Longues discussions sur les avantages comparés de la navigation en Méditerranée ou en Bretagne (avec un léger avantage à cette dernière, sans chauvinisme aucun...). On est tout particulièrement intéressés par leur connaissance de la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer), à laquelle ils participent acivement depuis six ans (station du Golfe du Morbihan). Quelle expérience, quel engagement ! On est scotchés !


Taverna

Nouvelle étape toute aussi cool que la précédente. On amarre sérieusement la Marie, en prévision des quelques jours où on va la laisser seule : c’est depuis Taverna qu’on a prévu de louer une voiture et de s’enfoncer dans la Corse profonde, vers la Castagnicchia.

La Castagniccia

Le choix de remonter la Corse par la côte est nous a permis de découvrir cette région, à l’écart des circuits touristiques mais qui s’est révélée très attachante et finalement mieux préservée et plus authentique que la côte ouest.

JPEG - 129 ko
Toits de lauzes a Cervione

Après avoir loué une voiture, on rejoint d’abord le bourg de Cervione, qui surplombe toute la plaine orientale et fut la capitale de la Corse en 1736, sous le court règne de Théodore Ier. On pique-nique dans la jardin d’un monastère réhabilité par la commune, avec une très belle vue sur les collines environnantes, toutes couvertes de châtaigners.

JPEG - 135.9 ko
Eglise dans la chataigneraie

En fin d’après-midi, on arrive à Piedicroce, au coeur de la Castagniccia, où l’on visite une des plus belles églises baroques de la Corse.
Mais il faut aussi penser à trouver un gîte ! On s’en enquiert à l’unique café du village, qui nous indique le seul hôtel des environs.

A peine sortis, Frédéric, un des clients du café, nous rejoint et nous propose de nous héberger dans sa maison, si toutefois il a le temps de la débarrasser un peu. Voilà qui nous convient très bien et dès le soir, avant même de goûter les spécialités corses, on s’installe à Pie d’Orezza, dans une charmante maisonnette plus corse que nature et bénéficiant d’une vue imprenable sur la vallée et les villages perchés.

JPEG - 111.4 ko
Les explications de Frederic

Le lendemain, sur les bons conseils de Frédéric venu nous retrouver sur la terrasse pendant le petit déjeuner, nous partons pour une longue rando vers les sommets qui dominent Piedicroce. Après 800 mètres de dénivelé, on arrive au col d’où l’on découvre les sommets enneigés du centre de la Corse.
Le col jouxte de longs plateaux où les Corses faisaient pousser le blé pendant l’occupation gênoise, leur permettant d’améliorer l’ordinaire, trop limité à la farine de châtaigne. On découvre ça et là plusieurs aires de battage, vestiges de cette période.
Après quelques difficultés, on retrouve les marques nous permettant de rejoindre un sentier de descente.

JPEG - 124 ko
Source ferrugineuse de l’Orezza

Fatigués mais contents, on gagne en voiture le hameau de Carcheto Brustico, où se trouve l’unique pizzéria de la vallée. Le jeune patron nous décrit avec fougue et amertume les difficultés du développement économique de la région, trop à l’écart des flux touristiques (ce qui nous a plu, mais la vie en hiver ne doit pas être facile !).

Le lendemain, on visite les sources ferrugineuses d’Orezza. Le pique-nique à Monacia d’Orezza est écourté par l’orage, et se termine à l’abri dans la voiture. C’est par une pluie battante que nous rejoignons Taverna, où nous retrouvons le soleil...

Navigation (De Taverna à Antibes)


Maccinaggio

De retour de Piedicroce, on décide de rejoindre directement Maccinagio, sans s’arreter à Bastia. Ca va nous laisser une pleine journée de repos et de préparation de la traversée vers le continent.

La traversée Corse - continent

Après avoir suivi la météo depuis plusieurs jours, une bonne fenêtre se dessine avec un vent de sud-est modéré, fort bien orienté pour rejoindre Antibes !

On appareille donc le 8 juillet de Maccinagio, vent portant comme il se doit. Le Cap Corse nous réserve quand même une de ses petites émotions dont il a le secret : largue, le vent passe brutalement de 10 noeuds à 25. Le bateau part au lof et Jacqueline a toutes les peines du monde à le ramener au bon cap, après que l’on ait choqué en grand la GV.

Passé le cap (en fait il y en a plusieurs), le vent mollit progressivement et on doit s’aider du moteur, mais la houle s’installe, ce qui n’est jamais très confortable. Mimi en fait les frais, sans être mâlâde mâlâde, elle trouve que son estomac a une forte tendance à faire le yoyo.

Le vent se renforce à la tombée du jour, il passe au nord est, toujours portant, et c’est à bonne vitesse qu’on rejoint Antibes à 07h30 du matin. 23 heures de traversée pour faire les 110 milles, ce n’est pas mal pour la Marie Sereine ! Ainsi se termine la troisième et dernière grande traversée de L’Odyssée des quatre mousquetaires !

JPEG - 87.9 ko
Arrivee au port d’Antibes

On arrive même trop tôt pour prendre un poste définitif dans cette marina de milliardaires, et c’est seulement à 11 heures qu’on prend place dans le vieux bassin et que l’on peut appeler Jean-Louis, pour rejoindre Sofia et démarrer un séjour de rêve (comme l’an dernier !).


Antibes

Changement de décor : nous laissons le port et ses yachts de luxe pour le calme du Haut-Sartoux. Christine accueille la troupe avec tous ses paquets et ballots. Ensuite elle nous fait admirer son potager dont le fleuron est une énorme tomate cœur de bœuf. Avec les légumes et les herbes aromatiques du jardin, il y a tout pour la cuisine provençale.

Durant cette halte, notre équipage va reprendre des forces grâces aux soins attentionnés de nos hôtes. Une sieste formidable nous met d’attaque pour une soirée familiale.
Nous découvrons la maison d’Anne-Claire et de Greg sur les hauteurs de Vence. Le jardin en terrasse est ombragé d’un magnifique palmier. Leurs enfants sont pleins de vie : Charlotte fait des bulles de savon et Thomas dévore l’album de Tintin « l’oreille cassée ». Pendant ce temps les grands prennent l’apéro avec Cécile et Thibault qui ont rejoint la compagnie.

JPEG - 123.2 ko
Soiree familiale

Le dimanche est consacré au farniente jusqu’en fin d’après-midi où nous faisons une promenade sur les rives de la Brague, petite rivière coupée de cascades. Le lundi nous voit bien reposés, il est temps de préparer la reprise de la navigation : ravitaillement, lessive, météo…

Enfin Jean-Louis nous ramène au port. Dans le bateau resté au soleil il fait 44 °C mais on établit un bon courant d’air et on va arpenter le vieil Antibes le temps que le bateau rafraîchisse. Le lendemain nous reprenons la mer en direction de l’Ouest.

Voir le diaporama

Galerie

  • Eglise de Cervione
  • Ruelle de Cervione
  • Vue sur la plaine cotiere
  • L'eglise de Piedicroce
  • Village de la Castagniccia
  • L'orge baroque de Piedicroce
  • Brume sur le col
  • Conversation au sommet
  • La main du geant
  • passage a gue
  • Le village de notre logis
  • La place de Monasteria
  • La decoupe du lonzu
  • Reparation...
  • ... de l'echelle de bain
  • En route pour le continent
  • Charlotte fait des bulles
  • et Thomas lit des bulles
  • Au bord de la Brague
  • Le dernier gardien du monastere

Messages

Ecrire un commentaire sur l'article

modération a priori

Votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site, mais il sera bien pris en compte.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Quand votre message est prêt, cliquez sur "Prévisualiser".
    Puis, si le message vous convient, cliquez sur "Message définitif, envoyer au site".