Accueil > Navigation > La Grèce > Plein d’usages et raison > De la Sicile à la Sardaigne

Sommaire

De la Sicile à la Sardaigne De la Sicile à la Sardaigne

du vendredi 10 au dimanche 19 juin

samedi 25 juin 2011 par Jacqueline, Jean, Jean-François, Myriam

Il y a 23 messages en réponse à cet article.

Navigations de nuit

Après une longue période de vents d’est qui nous ont poussés depuis la Grèce jusqu’au sud de la Sicile, le régime des vents a changé. Ce sont maintenant des vents d’ouest, très forts dans la journée (renforcés par la brise solaire) et qui se calment presque complètement la nuit.
Pour progresser vers l’ouest sans tirer des bords difficiles et inconfortables, on n’a donc pas le choix : il faut naviguer la nuit, en choisissant bien son créneau horaire :
- Suffisamment tard pour que la puissante houle d’ouest levée pendant le jour se soit calmée.
- Mais pas trop tard non plus pour arriver dans le port suivant avant que la brise solaire ne soit établie et ne rende la progression trop dure.

Et c’est ainsi qu’on quitte la marina di Raguzza à 01H40 du matin, pour arriver à Licata à 12h20.
Puis départ de Licata à 3h00 pour s’amarrer à Empedocle à 08h00. Enfin appareillage d’Empedocle à 03h10 pour se trouver à Sciacca à 08h45 !

Chaque départ fait l’objet d’une discussion de l’équipage pour déterminer l’heure de l’appareillage, la composition des quarts, et savoir qui prendra le fameux quart de minuit à 03h00 du matin, réputé le plus difficile (le quart précédent voit le coucher du soleil, le suivant bénéficie de son lever...)
La longue étape Sciacca Favignana (52 milles) n’échappera pas à la règle, mais notre départ prévu le 14 juin à 23h00 sera quelque peu perturbé par une mésaventure que je laisserai Jean vous conter.

Villes du sud de la Sicile


Licata  : sa marina "Cala del Sole" vient d’être inaugurée, tout le personnel est sur le qui-vive, nous sommes escortés par un canot,

JPEG - 121.5 ko
Les maries de Licata

amarrés par deux ormeggiatore au ponton, conduits en véhicule électrique à la capitainerie où le P.D.G. du port accueille Mimi d’un presque baise-main. Il faut dire que nous venons grossir leur effectif d’un 4ème bateau pour une capacité de 500.
La ville de Licata est agréablement désuète avec ses édifices baroques un peu fanés. En fin d’après-midi les cafés sont tous occupés par de vieux messieurs qui nous regardent avec curiosité. Au coucher du soleil, des mariés hésitent entre un cheval chamarré et une limousine.

Porto Empedocle : Nous arrivons un dimanche matin, tout est fermé, pas de service au port. Dans la ville seules les statues occupent les rues.

JPEG - 109.2 ko
un des rares passants d’Empedocle


Sciacca  : Au ponton de la "Ligue Navale Italienne", Antonella, la secrétaire, nous accueille et se met en quatre pour nous procurer ce dont nous avons besoin : du gaz, une voiture pour aller visiter Agrigente et même des livres à échanger.

JPEG - 133.5 ko
Le port de Sciacca vu des thermes

_ Au restaurant du ponton, nous ferons un des meilleurs repas d’antipasti et de poisson. Sciacca est la ville des céramistes qui exécutent à la demande des pièces aux teintes colorées et aux motifs de fleurs et de fruits. Ses thermes aux eaux salines et sulfurées sont les bienvenus pour délasser notre corps et dérouiller nos articulations sollicitées par les manœuvres.

La Vallée desTemples (mardi 14 juin)

Suivant les conseils et les recommandations de Marianne, la femme de Gérard (lequel a attrapé une insolation en visitant le site...), nous décidons de cibler notre visite et de nous concentrer sur sa partie Est.

Depuis Sciacca, notre petite Fiat Punto bleue nous conduit à Agrigente en traversant plusieurs vallées couvertes d’oliviers et d’agrumes. L’arrivée sur Agrigente par l’autostrada montée sur des piliers est assez affligeante : la ville apparaît comme une montagne d’immeubles en béton tous semblables. Comme dit le Routard, on se croirait à Sarcelles ! Entre "Sarcelles " et la mer, on aperçoit enfin les temples de la Vallée. Par chance, celle-ci a échappé à la modernisation sauvage depuis qu’elle est classée patrimoine mondial de l’Unesco. En réalité, ce n’est pas une vallée mais une longue crête où les temples et les monuments s’alignent.

Les trois temples principaux (le temple d’Héra, celui de la Concorde et celui d’Héraclès) de style dorique (VIème, Vème av. JC°), sont construits en pierre de tuf d’un beau blond doré ; ils sont orientés vers l’est (selon la liturgie grecque, les dieux devaient regarder le soleil levant), étonnamment bien conservés (surtout celui de la Concorde) et harmonieux. Le sentier qui conduit de l’un à l’autre est semé d’amandiers et de gros rochers creusés de tombeaux paléochrétiens offrent des trouées sur la mer azuréenne.

JPEG - 134.4 ko
Grecs endormis

La balade est agrémentée par d’immenses sculptures en bronze d’un artiste contemporain polonais qui offrent un premier plan original et renouvellent le regard sur le site. Les sculptures représentent des têtes géantes qui reposent devant les temples ou des héros mythologiques qui semblent incarner l’Humanité face aux dieux, une humanité vaincue peut-être mais dont les rêves subsistent comme autant de défis lancés aux dieux intraitables... Ainsi Icare est allongé par terre, les ailes brisées mais il garde caché dans un coin de son corps ses rêves de liberté. Un peu plus loin, « Icaria », elle, est debout et semble braver le Ciel avec le visage de son sexe.

JPEG - 71.2 ko
Icaria

Le Musée archéologique présente de très belles pièces. J’ai particulièrement aimé la collection de vases antiques, la statue du bel éphèbe d’Agrigente et celle d’Aphrodite accroupie. Le Télamon qui supporte l’architrave du Temple de Zeus est monumental : 7,65m de hauteur ! Et le cercueil en marbre romain est d’un réalisme poignant : de part et d’autre du lit de l’enfant mourant, le grand-père regarde fixement le sol tandis que la grand-mère semble attendre une hypothétique guérison dans une attitude d’imploration.

Faux départ

A la nuit tombante, nous appareillons tout équipés pour la navigation. A peine sommes nous sortis du ponton qu’un fort hoquêtement nous alerte : certainement quelque chose s’est pris dans l’hélice. On se penche et, damned, c’est un filet de pêche qui barre l’accès à la mer. Nous voilà immobilisés au milieu de la sortie dans la nuit qui est maintenant bien tombée, sans pouvoir utiliser le moteur. Pourvu que le vent ne nous porte pas sur les bateaux avoisinants ! Il faut agir vite. On sectionne le filet en avant du bateau et on se hale sur la partie arrière du filet, ce qui nous permet de regagner le ponton et de nous amarrer.

La mort dans l’âme, nous nous résolvons à nous coucher et à attendre le lever du soleil. Dès le petit matin, Jean et Jackie plongent dans l’espoir de dégager les débris du filet entortillés autour de l’arbre d’hélice. Cela se révèle au dessus de nos possibilités de plongeurs en apnée, on n’a pas assez de souffle pour venir à bout des nombreux tours enchevêtrés.

JPEG - 137.9 ko
L’objet du delit

Ce filet tendu en travers du port étant contraire à toute déontologie maritime, Benoît, notre voisin corse, nous conseille de faire une déclaration à la Guardia Costiera. Le capitaine s’indigne, fait réquisitionner le filet et téléphone à un plongeur qui viendra nous délivrer dans l’après-midi.
Gino le plongeur inspecte notre coque et nous propose de changer une anode, on court en acheter une chez l’accastilleur pendant que son petit neveu nous offre de gigantesques moules pêchées au ponton. Le soir nous avançons l’heure de départ pour sortir du port de jour, scrutant les eaux à la recherche d’un filet pernicieux.

Suite de la navigation

Après ce faux départ du 14 juin, la navigation dans la nuit du 15 au 16 juin se fera sans problèmes et l’on bénéficiera même d’une splendide éclipse totale de lune, entre 21h00 et minuit. A 07h30, on arrive à Favignana pour une courte journée de repos, visite du village, dégustation de granites et préparation de la longue traversée qui nous attend pour rejoindre la Sardaigne.
Mais ceci est une autre histoire (à lire ci-après).


Favignana

Dernière escale avant la Sardaigne (jeudi 16 juin)

Favignana est une petite île située au large de la Sicile qui constitue une excellente base de départ pour la traversée vers la Sardaigne. Quand nous y débarquons, le village s’éveille à peine et nous sommes parmi les premiers à siroter cappucino, cafe con latte ou decafeinato sur la petite place à l’ombre de la statue un peu bedonnante du Signore Ignazio Florio, l’ancien propriétaire de l’île. Mais dans la journée, le village est envahi par les touristes et perd un peu de son charme.

JPEG - 110.7 ko
Ces dames au marche

Nous préparons la navigation en faisant les courses (sans oublier d’acheter une boîte de thon !), la cuisine, le plein de gas-oil et d’eau (qui s’avère difficile comme le relate JF un peu plus loin) mais nous prenons aussi le temps d’aller nous baigner sur la plage en face de la Tonnara, belle bâtisse en réfection qui rappelle que la pêche au thon a été l’activité principale de l’île au XIXème siècle et jusqu’en 1960.

La traversée de Sicile en Sardaigne

(vendredi 17 et samedi 18 juin)

Elle est longue, cette traversée, même en partant de Favignana. Pas question de la faire bout au vent d’ouest, en tirant des bords. Inutile de dire qu’on scrute la météo avec attention depuis plusieurs jours, et il semble bien qu’un changement du régime d’ouest soit prévu : une courte fenêtre météo favorable se profile du 17 au 18 juin (vivent les cartes de prévision météo à long terme, disponibles sur Internet !)
La mésaventure de Sciacca nous embête donc bien, elle sucre la journée de repos prévue avant le départ de Favignana. Mais il faut vraiment bénéficier de ces vents portants du 17 juin.

Les pleins d’eau et de gasoil sont faits le 16 au soir (un peu difficilement pour l’eau, coupée au port : 6 voyages avec le bidon d’eau depuis le restaurant le plus proche, pour remplir le réservoir).

On appareille de Favignana au petit jour (06h00). Passée la pointe, plus un souffle de vent et une mer d’huile jusqu’au soir. Heureusement, Popaul et notre petit diesel assurent. Et les dauphins nous font un brin de conduite, à la grande joie du bord !

Les dauphins ou 5% de bonheur pur

Benoît, notre voisin corse de Sciacca, nous l’avait bien dit : « la voile, c’est 70% de travail, 25% d’emmerdements et 5% de plaisir mais, après coup, on ne se souvient plus que des 5% ! ».
Pour ne pas déchoir à la règle, je ne me souviendrai donc que des 5%, en vo

JPEG - 149.6 ko
Couple de dauphins

us racontant notre rencontre avec la famille de dauphins :

On venait de laisser l’île Maremitto sur babord et les quarts de jour avaient commencé. 9h-11H : JF et Jacq. Le bateau avance doucement au moteur, avec la lenteur un peu solennelle d’un dromadaire sur le grand désert bleu. Soudain, un, puis deux, puis trois, puis quatre dauphins surgissent à l’avant de l’étrave. Branle bas de tout l’équipage. Le quart du bas déboule sur le pont. Les quatre dauphins bientôt rejoints par deux autres plus petits nous escortent et s’amusent avec l’étrave. On distingue très bien leurs évents quand ils bondissent hors de l’eau pour respirer et leur œil semble nous regarder en coin. Leur puissance musculaire est phénoménale et l’eau transparente permet de suivre leur course et leurs mouvements sous l’eau.

Flash Video - 3.1 Mo
Le ballet des dauphins

Dans l’équipage, l’excitation est à son comble : Mimi et Jacqueline poussent de petits cris, Jean tente de communiquer avec BA et Fi en sifflant et JF photographie. Quel spectacle ! « Que du bonheur » comme dirait Thierry quand il revient des Vallons !

A la nuit le vent rentre de sud à sud-est, comme prévu. Pas très fort (10 à 15 nœuds), il lève quand même une petite houle assez inconfortable.
Les quarts se succèdent, la première heure passe toute seule, la deuxième se traîne, quant à la troisième, chacun regarde sa montre pour voir les minutes défiler trop lentement...
Evidemment, quand il y a trois femmes et Trois hommes dans un bateau, les quarts sont plus reposants. Mais enfin trois heures permettent quand même au quart du bas de se reposer (à peu près), d’autant que les quelques changements de toile sont faciles et n’appellent pas sa présence en haut, comme lors de la traversée Grèce-Calabre.

JPEG - 112.7 ko
Mimi met son harnais pour le quart

De toute l’étape on ne croise pratiquement aucun bateau : juste un gros porte-conteneur à la tombée du jour et un car-ferry au petit matin qui nous oblige à empanner pour l’éviter !

Et c’est un équipage fatigué mais content qui voit la côte sarde apparaître sous la brume matinale (Mimi la première, à elle la double !) et qui finalement s’amarre à Porto Corallo à 12h00 pétantes le 18 juin.

Voir le diaporama

Galerie

  • Balcon a Licata
  • Depart a l'aube
  • Escalier en ceramique
  • Le temple de la Concorde
  • Heros brise
  • Tombeaux paleochretiens
  • Icare a terre
  • Icaria sur fond de Sarcelles
  • les ailes brisees vues de dos
  • Icaria dressee
  • le Telamon du temple de Zeus
  • L'Ephebe d'Agrigente
  • Aphrodite accroupie
  • Les jardins du musee archeologique
  • Gino au travail
  • Dauphin seul
  • Saut de dauphin
  • Daphins sous l'eau
  • La navigation de nuit commence
  • ... et se termine a l'aube
  • fer a repasser improvise

Messages

  • magnifiques ces statues....
    Avant d’aller dormir, je me suis laissée bercer par vos récits palpitants, et par le ballet des dauphins...
    Je pars bientôt avec mes pinceaux, crayons, et chaussures de marche...
    merci de nous faire partager votre coin de mer...
    bien reçu votre carte ! sympa !
    bien regardé le diaporama... super !!!!
    je vous embrasse, et continuez bien votre périple...
    Sabine



    Répondre au message 392 du 25 juin 2011, 22:26


  • buonggiorno
    je ne suis pas sûre de l’orthographe, vous lirez avec l’accent.
    Que d’aventures ! Que de soucis d’emploi du temps !
    Certains jours ne font pas penser aux vacances. Ce n’est pas grave, puisqu’il vous restera les 5% de plaisir en MEMOIRE.
    Je me pose une question ou des alternatives, on dira.
    Le paysage est-il réellement moins beau ? Etes- vous las de visiter ? Etes-vous seulement fatigués par ces quarts difficiles ? Je vous ai trouvés moins enthousiastes. Que d’oxymores !
    J’ai préféré votre vidéo au grand bleu et les photos sont magnifiques.
    Comme vous le disiez précédemment, ce n’est pas Moby Dick.
    J’espère qu’il y aura des réponses pour le titre qui s’est glissé dans ces articles. Peut-être Catherine qui est anglophone.
    je vous embrasse tous.
    Elisa



    Répondre au message 393 du 26 juin 2011, 11:07


  • trois hommes dans un bateau : J.K.JEROME....
    ça me rappelle les cours d’anglais au lycée - mais en quelle classe ? versions, thèmes ou lectures....
    Les sculptures polonaises ne déparent pas dans le paysage, plutôt effet réussi.
    Que de péripéties et d’enchantements....Je me repasse les dauphins....
    Bonne continuation aux vaillants explorateurs.

    Des bises

    Camille



    Répondre au message 394 du 26 juin 2011, 15:38, par Camille


  • Les photos des dauphins sont superbes, vive les 5% !
    Dans l’ensemble, a vous lire, les 5% de bonheur paraissent quand meme plutot sous-evalues (meme si la sortie ratee du port a cause des filets, a du bien vous enerver)
    Il fait 30 degres a Londres aujourd’hui
    A bientot
    Pierre



    Répondre au message 395 du 26 juin 2011, 21:03, par Pierre


  • Bonjour à tous les 4, merci pour ces nouveaux récits que nous attendions... le sud de la Sicile semble avoir été assez costaud du point de vue de la navigation ; tout à fait original ces belles statues de bronze sur le site antique ; comme je l’avais suggéré à Jacquie, nous avions préféré le site de Sélinonte qui est en pleine nature au bord de la mer, contrairement à Agrigente qui est trop imbriqué dans la ville moderne. La vidéo dauphins est superbe, et j’ai pu la montrer à Thomas qui était à la maison ce WE. Si votre concours se poursuit, il me semble que l’évocation de "Trois hommes sur un bateau" Jerôme K Jerôme pourrait être une réponse (sans doute trop fastoche !).
    Vous approchez de la Corse et vous devez commencer à avoir une petite idée de la date à laquelle vous ferez escale sur nos rivages ...
    Bises et on continue à vous suivre (j’ai pagayé sur la côte nord est de la sardaigne : rochers de granite émoussés splendides !) et sur une partie de la côte sud de la Corse (Bonifacio, puis de Calvi à St Florent).
    Bises
    Chris

    • J’avais bien transmis ta suggestion mais il fallait choisir entre les deux et nous avons opté pour Agrigente. Sélinonte, ce sera pour un autre voyage en Sicile !
      Fastoche peut-être mais c’est bien la bonne réponse...Tu recevras donc un cadeau surprise, pour le premier accessit car Camille t’a devancée et obtient le premier prix !
      Nous sommes à Maddalena d’où nous pensons partir demain pour la Corse. en principe, nous pensons pouvoir être à Antibes vers le 9 Juillet et, si vous êtes là, nous pourrions rester deux, trois jours. bien sûr, on vous précisera les dates d’ici là.
      Bises à toute la famille Cathelineau

    • Répondre à ce message (402)



    Répondre au message 399 du 27 juin 2011, 10:12, par Christine


  • Vous êtes des vrais copains qui nous font profiter juste des 5% de Benoit ! Et encore une fois merci pour tous ces commentaires et photos (ah ces statues et aussi Mr et Mme Dauphin et la petite famille). Bises à tous et bon vent qui vous ramène à toute vitesse vers nous.
    Amitiés, Claudine



    Répondre au message 400 du 27 juin 2011, 18:24, par Claudine


  • Magnifique votre dernier journal . quand au ballet des dauphins c’est tout simplement merveilleux ; merci de nous avoir fait partager ces beaux moments.En ce qui me concerne je suis toujours dans mes aménagement.Les travaux ne sont pas finis : il ya encore des finitions un peu partout ;cela commence à prendre tournure mais j’aimerais bien être complètement installée. Je pars à Nort le 8 juillet et je fais un stage sur la cueillette et la cuisine des plantes sauvages à Redon ce dont je suis ravie. Ensuite je vais à la Trinité chez des amis. Je reviens à Nort ensuite. Voila le début du programme. Je vous embrasse tous très fort. Françoise



    Répondre au message 401 du 27 juin 2011, 19:04, par Françoise Potevin


  • Rien que d’imaginer le quart à trois heures du matin, j’ai brusquement sommeil. (Heureusement le clavier de l’ordinateur n’est pas un oreiller confortable). L’éclipse de lune n’a pas été visible à Fresnes en raison du temps couvert.
    Nous avons eu 24h de folie aux infos : les 2 otages (Ghesquière et Taponier), et leur interprète ont été libérés et sont arrivés très vite à Villacoublay. Sarkosy a été saisi par sa veste d’une façon assez brutale par un quidam (il voulait lui donner un coup de poing dans la figure), immédiatement recouvert de trois gardes du corps (impressionnants d’efficacité). DSK a été libéré sur parole (plus d’assignation à résidence, plus de caution et de bracelet électronique), en raison d’une conversation téléphonique très ambigüe[enregistrée] entre la "victime" et un trafiquant de drogue en prison deux jours après les faits (le 16 mai), et de 100000$ reçus sur son compte en un an. Le procureur va sans doute laisser tomber par étapes. Mais ce qui nous occupe avant tout, c’est le mariage du Prince de Monaco, d’un exceptionnel intérêt pour l’Histoire et le destin de la race humaine [sanglots].

    • Le quart de trois heures du matin n’est pas le pire car c’est celui où on a la récompense de voir le lever du soleil. Non, le plus dur, c’est celui de minuit à trois heures.

      Décidément il y a plein de nouvelles chez les terriens. En fait, notre première radio française captée directement en FM à l’approche de la Corse nous a appris le rebondissement DSK.

      En revanche on ne sait rien du mariage prince de Monaco, donc si tu peux nous affranchir...

    • Répondre à ce message (408)
    • Cela ne s’arrange pas pour la "victime" de DSK qui aurait été mariée avec la personne à qui elle téléphonait en prison. Elle serait également soupçonnée d’avoir fait des passes de luxe dans l’hôtel Sofitel. Source : journaux américains qui maintenant sont passés de DSK le Pervers à DSK la victime. (DSK est libre d’aller où il veut aux Etats-Unis). Arlette penche pour un complot de la droite française. Je penche pour un complot du Vatican, mais je ne sais plus pourquoi (je vais relire le Da Vinci Code).
      La princesse a eu quelques larmes devant les caméras. Ce fut un sommet d’émotion mondaine. Les célébrités du show-biz et de la mode étaient toutes là, sans compter qlques patrons du CAC 40. Cela avait un côté "Lapins Crétins", si tu connais ces personnages, surtout pour les vêtements (très) coûteux et pas si beaux, et les airs de contentement imbécile de certain(e)s.

    • Répondre à ce message (411)



    Répondre au message 406 du 1er juillet 2011, 19:18, par Philippe


  • Il semblerait que la Sardaigne qui avait une brillante civilisation, ait été recouverte - en partie - par un tsunami et une couche de boue d’au moins 20m de hauteur. Vers -1650 ?



    Répondre au message 407 du 1er juillet 2011, 19:27, par Philippe


  • Que de beaux souvenirs vous allez garder de ce périple !
    Parfois des moments un peu difficiles bien sûr, mais rares
    me semble-t’il.
    J’ai un peu voyagé avec vous, grâce aux blogs, mais je vous avoue
    que pour moi j’aurais trouvé le voyage un peu long loin du
    "plancher des vaches", encore que vous fouliez ce dernier
    presque tous les jours.
    En tous cas merci pour tous les récits toujours intéressants,
    et souvent pleins d’humour, mais ce sont les photos et le
    diaporama (magnifique) qui m’ont le plus fait rêver, quant
    au ballet des dauphins c’est l’apothéose de ces images.
    Je ne vous donne pas des nouvelles du pays puisque maintenant
    vous pouvez les capter facilement.
    Bon vent pour les "quelques" encablures" (un bon nombre
    en réalité) qu’il vous reste à faire et à bientôt. Joseph.

    • On a bien l’impression de vivre une aventure exceptionnelle (à notre niveau !) parfois on voudrait qu’elle dure toujours et d’autres fois on languit après la vie terrienne : un bon lit qui ne bouge pas, la famille, les amis, nos maisons de campagne ou de montagne. C’est parfois dur, mais on est mieux rodés et il y a des moments exceptionnels comme la rencontre de dauphins ! donc on en profite en se disant que cela ne durera pas toujours ! et on est bien contents si on peut vous faire voyager avec nous.

    • Répondre à ce message (414)



    Répondre au message 413 du 5 juillet 2011, 15:05


Ecrire un commentaire sur l'article

modération a priori

Votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site, mais il sera bien pris en compte.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Quand votre message est prêt, cliquez sur "Prévisualiser".
    Puis, si le message vous convient, cliquez sur "Message définitif, envoyer au site".