Accueil > Voyages > Corse > Mare Monti

Sommaire

Mare Monti Mare Monti

Randonnée du 4 au 10 septembre 2009

samedi 20 mars 2010 par Jacqueline, Jean-François

 

Connaissez vous le "Mare e Monti" ?
Comme son nom l’indique, c’est un chemin entre mer et montagne, sur la façade ouest de la Corse, au sud de Calvi.
Cet été nous l’avons parcouru de Galeria à Revinda. Il ne présente pas de difficulté particulière, mais certaines étapes sont un peu longues, surtout quand on les parcourt en plein cagna... D’où l’intérêt de partir tôt le matin.

JPEG - 135.1 ko

Galeria - Girolata

JPEG - 47.6 ko

_ Montée à l’ombre dans un frais sous-bois. On rattrape le soleil près de la crête, le vent est violent ; on traverse le maquis de Scandola avant de descendre sur Girolata.
Hébergement à la « cabane du Berger », au ras de la plage où une forte houle vient briser (de nombreux voiliers roulent bord sur bord, l’abri est précaire par fort vent de SW : le Libeccio)

Girolata - Curzu
A l’aube (enfin, presque...) on s’engage sur le chemin des douaniers (dit aussi du facteur). Jacqueline profite de la première plage à l’abri des regards indiscrets pour se baigner dans le plus simple appareil (à censurer).
A la Bocca di Croce, une petite halte s’impose, en souvenir du facteur qui partait de ce col pour rejoindre Girolata à pied (en fait à mule !).
Montée en pleine chaleur sur la crête qui rejoint le capu di Curzu (852 m quand même) avant de redescendre sur le village. Le groupe CAF de Roanne nous offre une bière corse bien venue.

Curzu - Serriera
A l’aise Blaise, il suffit de suivre le chemin tout tracé. En fait on se goure au troisième virage et il nous faut revenir au petit portail vert (il fallait suivre le Plymouth, évidemment, mais pas si loin !)
Petite étape, on en profite pour aller se baigner à la plage de Bussaglia (6 km de rab). Galets et forte houle, on ne nous y reprendra plus.

JPEG - 88.5 ko

Serriera - Ota
Montée de 900m jusqu’au belvédère d’où on découvre la baie de Porto. On redescend par une forêt de pins et le ravin de Vitrone, tout en porphyre rouge. Ensuite une succession de crêtes qui n’en finit plus, avant d’atteindre Ota chez « Marie ».

Ota - Marignana

JPEG - 144.2 ko

Descente par le chemin qui traverse une oliveraie : des filets verts tendus sous les arbres sont restés à poste pour récupérer les olives. On passe le « ponte Vechju » très beau pont génois qui illustre bien le travail de la voute. Remontée dans le défilé de la Spilonca, qui longe la rivière avec de belles piscines (à conseiller à Marie-No). Pique-Nique à Evisa puis on prolonge sur Marignana : le village donne une étrange impression d’abandon.

Marignana - Revinda
On entame la plus longue étape du parcours. Traversée de la châtaigneraie toute peuplée de cochons corses, qui se laissent photographier avec plaisir. On remonte jusqu’à la « Bocca Acquaviva » (1102 m) puis redescente dans une vallée autrefois exploitée pour le charbon de bois et pour le cuivre. L’entrée des mines est visible de l’autre coté de la rivière.
A l’arrivée sur Revinda, Marie-No et Roger sont là pour accueillir les héros fatigués !


Ecrire un commentaire sur l'article

modération a priori

Votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site, mais il sera bien pris en compte.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Quand votre message est prêt, cliquez sur "Prévisualiser".
    Puis, si le message vous convient, cliquez sur "Message définitif, envoyer au site".