Bernadette David


Accueil > A l’Université Paris X Nanterre > 1992-2008 : Danser à deux > 2004- 2006 : Les Beaux jours du Tango. (en cours)

2004- 2006 : Les Beaux jours du Tango. (en cours)

publié par Bernadette, le mardi 5 octobre 2010


Aussitôt terminée, cette semaine-là, je vais voir, l’été suivant, à quoi ressemble Cuba, en Juillet, et Buenos Aires en Septembre : est-ce la "Folie" qui me gagne ? A Cuba, c’est en fait à Santiago que je vais : au mois de Juillet c’est le Carnaval, fameux à ce qu’on entend dire. J’ai trouvé une sorte de stage tout bien prémaché-organisé, par Daniel Chatelain, ethnologue, travaillant à l’Université Paris 8.
Nous serons logés chez l’habitant, et encadrés dans nos activités, de Danse et de Musique, par quelques uns des meilleurs spécialistes locaux. Danses Afro-cubaines, merengue, salsa et rueda de Casino sont au programme. Je ferai ce voyage quatre années de suite et élargirai mon bagage musical, prenant petit à petit des distances avec la salsa cubaine que je trouve amusante, mais finalement répétitive et peu enrichissante.... "Pardon les étudiants, je ne vous le dirai jamais !"
Le carnaval de Santiago de Cuba ? Il est somptueux, il le deviendra de moins en moins : les moyens financiers des Comparsas (groupes de danseurs) et autres Congas(groupes de musiciens) paraissant manquer de plus en plus .
Je visiterai Baracoa, petite ville située à la pointe orientale de l’île, deux fois.
J’irai deux fois pour quelques jours à La Havane : la cité historique rénovée par l’UNESCO est très intéressante. La Havane est la capitale de ce pays qui est en grand bouleversement dans ces années-là. La Havane s’appauvrit et s’abîme.

En 2003, je vais collaborer avec le Service Culturel de l’Université qui souhaite organiser, Eléonore Falière à la tête de ce service, un Festival de Musiques du Monde. Je lui propose de prendre en charge une soirée de danses et musiques cubaines. Autour de cette soirée, je vais de mon côté, proposer aux étudiants plusieurs centres d’intérêts : "-"" " Un film cubain, Guantanamera, de.......... "-"" " Une conférence sur la culture afro-cubaine, par Daniel Chatelain "-"" " Et un stage de danse : nous cotoyons la Rumba, le Son (père de la salsa cubaine) et la Salsa, bien sur - pour ne pas me faire écharper par les étudiants- ...
Cette manifestation s’ appellera "Cuba et ses Rythmes"

Plus tard, je mettrai en ligne des photos, plus tard également, je pourrai décrire mieux les danses et musiques cubaines, parler du Festival des Caraibes qui a lieu chaque année avant le Carnaval de Santiago. : à suivre donc... Buenos Aires ? En Septembre 2001, les twins towers de New York sont attaquées par Al Quaida : je l’apprends par un chauffeur de taxi...
Je suis allée cette première fois dans la capitale Rioplatense avec un groupe. C’était pour participer à un stage de Tango qui débutera de l’autre côté du Rio de la Plata : à Montevideo en Uruguay. Nous avons rejoint la Capital Federal Argentine en bateau : débarquer à la Boca, comme les immigrants du siècle précédent ! De l’allure, non ? Des cours de Tango tous les après-midi, une Milonga différente chaque soir, l’organisation est parfaite. Je prolonge un peu mon séjour, seule dans la ville. C’est impressionnant, ce n’est qu’un début.
Merci à Robert Canonne de Nîmes pour cette belle organisation.

Et maintenant,
que vais-je en faire,
de tout cela,
quelle sera ma vie à Paris X Nanterre ? Et bien, il va me falloir transformer ces ouvertures latines en manifestations d’envergure. Quen pensez-vous ? Bien. Bon ! Et maintenant, passons aux choses sérieuses !

LE TANGO aussi va prendre progressivement ses lettres de noblesse parmi nous. Je l’ai gardé pour la fin. Le tango est, à mes yeux, une danse qui fait appel à beaucoup de qualités dansantes, corporelles et musicales réunies. C’est une danse à 2, certes, mais tel qu’on le pratique à Buenos Aires, j’ai pu apercevoir qu’il réunissait sur son nom toutes ces choses fondamentales : en quelques sortes, cela il m’apparaît comme une synthèse.
J’ai pratiqué et enseigné la Danse contemporaine, j’enseigne les Danses de Société depuis maintenant un peu plus de dix ans, je suis musicienne. Le Tango, c’est la danse et la Musique réunies.

Seulement voilà ! Si j’ai pu transmettre jusqu’à présent, en étant seule, les Danses de Société, cela me semble impossible pour le Tango.
J’aperçois Sylvain : il vient de Paris VII, où j’ai enseigné quelques années. Il est musicien, mais surtout il est "fou de tango".
"Accepterais- tu de donner des cours avec moi ?" Surpris et intéressé, Sylvain. Mais je sais qu’il continue de travailler de son côté. Je le rassure sur le niveau requis pour que nous puissions travailler ensemble : les étudiants sont débutants, mais demandeurs, à nous de leur transmettre les fondamentaux du Tango Argentin !

En Novembre 2003, je propose un stage pendant 5 semaines, tous les samedi matins. Les étudiants doivent s’inscrire par deux : j’arrête les inscriptions à 50 danseurs ... Sylvain et moi préparons nos cours quelques heures avant. Nous progressons tous en même temps.
Et maintenant ? Je commence à imaginer une manifestation d’envergure sur le tango pour l’Université tout entière. Je m’ouvre de ce projet à Eléonore du service Culturel : elle devra en tenir compte dans son planning à la rentrée suivante, mais elle est d’accord, également pour nous aider le moment venu. Je pense que nous pouvons tenter cette aventure en début d’année universitaire, la suivante, plutôt qu’en fin d’année, où tout devient de plus en plus compliqué. Bien sur, au mois de Novembre, je ne connais que peu les étudiants, mais ils sont au début de l’année généralement très enthousiastes. _ Du 23 au 26 Novembre 2004, ce Festival s’appellera Les Beaux Jours du Tango à Paris X Nanterre A suivre, dans quelques jours...

Répondre à cet article


Bernadette David | publié sous licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 fr | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.